Enquête sur la mort de l'ourse Franska, Louis Dollo en première ligne à l'insu de son plein gré

L'annonce prémonitoire faite par Louis Dollo a surpris tout le monde et a choqué à postériori : "En attendant que Franska reçoive du plomb dans les prochains jours (l'exaspération des éleveurs est à son comble !), nous pouvons déjà dire que le plan ours a du plomb dans l'aile."  Il n'a pas fallu attendre longtemps ! Fuite idiote, incapacité à garder pour lui l'information brûlante qui est arrivée jusqu'à ses oreilles avides de sensations sanglantes ou simple hasard ? Vu les relations suivies entre le journaliste de "Lourdes Infos" et de "Kairn" et le milieu pastoral, bien peu d'observateurs croient à un simple hasard. Comment l'a t-il su et qui est à l'origine de cette information sulfureuse ? Une maladresse peut-être lourde de conséquences ?

Les images des battues ont été diffusées sur les chaines de télévision nationales et signalées à la justice dans les plaintes déposées par les associations de défense de la nature.

L'annonce de la demande de complément d'enquête sème la panique dans le rang des éleveurs et des participants aux battues qui cherchent à se disculper, exactement comme l'on fait avant eux, les casseurs d'Arbas avec les suites en justice que l'on sait.

  • Revoir les battues dans les journaux télévisés de TF1 et FR3

Panique et tentatives de justification chez les ultra pastoraux

Louis Dollo : "Il fallait s'y attendre. Le Ministère de l'Ecologie recherche des responsables pour satisfaire les associations ultra environnementalistes dites écolos. C'est une habitude depuis 25 ans de jouer le rôle de la vierge outragée plutôt que de regarder la réalité en face et d 'en tirer les conséquences. Dans un communiqué de presse, il est demandé de s'intéresser à l'ensemble de ces circonstances ayant conduit à la mort de Franska.

Il va être intéressant de voir si l'affaire est instruite à charge et à décharge ou bien en sens unique. Car il faudra bien aussi s'intéresser à ce qui s'est passé dans la nuit précédent l'accident. (...) Peut-être que le Gendarmerie mènera une enquête molle comme c'est le cas depuis longtemps dans certains secteurs des Alpes lorsqu'il est question du loup. Qui sait ? "

[ NDLB: Faudrait savoir : le ministère de l'Ecologie, vierge outragée ou violeur des Pyrénées? Quel grand écart ! Remarquez aussi le côté impersonnel des témoignages qui suivent : nous, tous, ils, des observateurs, ils : plus question de parader ou de paraître à visage découvert. Au feu, les pandores ! ]

Louis Dollo : " Nous avons interrogé plusieurs habitants du Nistos ayant participé à des manifestations. Tous sont formels : "il n'y a jamais eu de battues !" Par contre, face au laxisme de l'administration "il y a bien eu des effarouchements lorsque l'ours était dans ou à proximité des villages." Et ils précisent "c'était pour notre sécurité et les gendarmes étaient souvent présents." "il n'y a jamais eu de débordement". Mieux encore, des observateurs présents sur le terrain nous disent "qu'il n'y avait pratiquement pas d'éleveurs mais surtout des habitants et des vacanciers." Ou encore : "je n'ai pas vu ni entendu de fusil." Un autre nous dit "on a fait une mise en scène pour la TV mais on n'était pas à côté de l'ours. De toute manière l'ETO ne savait pas où elle était. Nous l'avons vu à plusieurs reprises mais il n'y a jamais eu de personnes de l'ONCFS.

Mais déjà dans le Nistos et la Barousse, on s'attend à recevoir de la visite et à vivre des perquisitions pour rien nous précise-t-on. Voilà une affaire et une démarche de la part de la secrétaire d'Etat qui n'est pas faite pour apaiser les esprits. Bien au contraire. A croire que dans ce Ministère, tout est fait pour créer les conflits et le désordre public."

[NDLB : Les visites désagréables pourraient bien ne pas se limiter "dans le Nistos et la Barousse". Tarbes ou Lourdes pourraient bien être aussi sur le chemin des enquêteurs. Une certitude : Franska était bien plombée. Mais peut-être que pour Louis Dollo, le visionnaire, les responsables sont les écologistes, comme pour le miel piégé au verre brisé ! ]

Source : Louis Dollo sur son site pyréniais

Commentaires