La théorie de Louis Dollo

Louis Dollo : Le loup et l'ours menacent-ils la biodiversité de nos territoires ?

Claude Allègre et Laurent Fabius ne sont plus les seuls à pondre des théories fumeuses. Louis Dollo, le célèbre journaliste béni à l'eau de Lourdes, à la tête des infos pas très morales des associations pastorales s'y met aussi. Celà ne surprendra plus personne maintenant qu'il pond sa littérature scientifique dans les actualités de Kairn, de pyréniais et de Lourdes-Infos. La montagne est redescendue bien bas. Les "alpinistes" de Kairn ont-ils encore une capacité de jugement ? Je m'interroge. Qu'écrit notre bon roi Louis ?

"Le loup et l'ours menacent-ils la biodiversité de nos territoires ?"
(C'est le titre de Louis Dollo)

C'est la question que se posent de nombreux éleveurs de montagne quelques soit le massif européen des Monts Cantabrique en Espagne jusqu'aux Alpes suisses et autrichiennes en passant par les Pyrénées, les Alpes françaises ou italiennes.

"Dans l'immédiat, ce sont les éleveurs français qui mènent une réflexion au niveau national en pleine discussion du "Grenelle de l'Environnement". Au-delà de la conservation des grands prédateurs il y a également la conservation d'une multitude d'espèces animales, y compris les races autochtones d'élevage et végétales qui dépendent du niveau de pastoralisme maintenu sur les territoires de montagne. La disparition du pastoralisme entraînerait incontestablement la disparition de nombreuses espèces.

La biodiversité n'est pas la seule concernée. C'est tout l'équilibre du développement durable des vallées de montagne qui est en jeu par l'intermédiaire des externalités positives tel que l'entretien des espaces comme les stations de ski et les chemins, la lute contre les incendies et les avalanches, etc… qui conditionnent le tourisme, les sports et loisirs de nature, les produits dérivés de l'élevage, etc...

Autant d'éléments qui dépassent le raisonnement simpliste, primaire et binaire qui consiste à poser cette question trop souvent entendue : " pour ou contre le loup ou l'ours ? "
(Louis Dollo, le 9 octobre 2007)

Analyse biodiversitaire de l'estive
Romuald - Les cabannes - 2035

Mon cher Louis Dollo,

Pourquoi ai-je tenu pendant si longtemps des raisonnement simplistes, primaires et binaires ? Je pense que j'ai été influencé par de pseudo-scientifiques et naturalistes (Robert Hainard, Gérard Caussimont et Laurent Mermet entre autres, ces charlatans manipulés). Heureusement, après cinq années en camp de redressement pyrénéen (les montagnes étant redevenues plates après la disparition du dernier ours en 2015), je pense avoir retrouvé la voie de la vérité. Faut dire que ceux qui m'accompagnent dans mon nouveau travail de pigiste à Lourdes-Infos m'ont bien aidé. Faites-moi penser à passer à la grotte pour y brûler un cierge.

Heureusement, maintenant les animaux sauvages sont en cages et les brebis en liberté. Les brebis menacées hier représentent 85% de la biodiversité des Pyrénées. Grace à nos joyeux chanteurs à bérêts, défenseurs du patrimoine, les montagnes mondiales ont un avenir ! Elles seront remplies d'une joyeuse biodiversité pastorale et laineuse.

La France est devenue pionnière dans la reproduction des races ovines en escabottes. Nous en exportons même dans le désert du Limousin et en Ardennes. Les Vosges sont pleines de brebis béarnaises, basquaises, lourdaises, Aure et Campan, castillonnaises et montagne noire. Le chameau lui s'est bien adapté à la chaleur des Pyrénées. La chaine qui culmine maintenant à 635 m (Dune d'Aneto) en compte 20, importés de Suède.

Protégés comme ils sont, on espère en avoir au moins 30 dans 40 ans, si tout se passe comme Claude Allègre le prévoit. Le plus grand danger reste les chasseurs de scorpions qui n'aiment pas rencontrer les chameaux. Les chiens des chasseurs ayant tendance à revenir se blottir au pied de leurs maîtres quand les camélidés essaient de leur faire de grosses lèches. Les drames du passé risquent de se reproduire. Le chasseur français n'aime pas les grosses lèches des chameaux estrangers, c'est bien connu ; alors il tire.

Le Conservatoire du patrimoine biologique régional (CPBR) a remplacé le Parc Naturel des Pyrénées en 2018. Jean Lassalle a été réélu à l'Elysée pour la 4ème fois. Nous sommes tous devenus de joyeux moutons obéissants, libérés de l'ours, renards, vautours, lynx, loups, palombes, cervidés, isards et autres nuisibles. Plus de tétras non plus. Des sangliers, ça oui, il en reste encore beaucoup, mais il faudra faire la montagne propre. Le ministre de la ruralité durable l'a promis.

Les scientifiques officiels et autorisés l'avaient prédit : Bruno Besche Commenge (Docteur en psychologie ovine pyrénéenne) et Claude Allègre (Docteur en physique du refroidissement): Il fallait intégrer les races ovines à petits effectifs aux annexes du nouveau traité de Berne (Stéphane). La protection des races a permis à la France d'avoir une richesse biologique exemplaire. 38 espèces animales vivent dans les Pyrénées. Quel succès !

Alors te montrer mes progrès, voici ce que j'ai écrit pour le prochain article de Lourdes Infos. J'ose ? Allez, je fonce, mais le comité patrimonial de relecture ne l'a pas encore validé. Je m'avance. J'espère que, Mon cher Louis Dollo, celà te plaira.

Le mouton
(C'est le titre)

Le mouton est un remarquable paysagiste. Avec ses "pattes en or" il travaille le sol d'une façon avantageuse, avec sa façon de manger, telle une tondeuse à gazon, il empêche que les pâturages se transforment en friche. Il donne à l'homme de la laine et du lait pour le fromage de brebis. Le gigot joue aujourd'hui un rôle 20x plus important que celui de la laine.

Le mouton laitier est rare et n'a quantitativement pas de poids. Dans le monde il y a plus d'un milliard de moutons!

Comportement social - Le mouton est un animal de troupeau par excellence. Pendant la transhumance des mois d'hivers, les moutons sont gardés en bergerie par le berger et son chien tandis que l'été le troupeau se promène librement et sans surveillance dans les pâturages. Grâce à sa gentillesse, le mouton peut paître avec les chevaux et les bovins. Dans le troupeau, il se forme des petits groupes, qui se composent de femelles parentes. Une hiérarchie n'est pas aussi clairement reconnaissable que chez les poules par exemple.

Comportement perturbé - Au contraire des porcs et des poules, les moutons sont en règle générale élevés dans des conditions très peu restreintes. L'élevage en bergerie se limite à la période de l'hiver. Les troubles provenant d'un mauvais élevage sont donc rares. D'un autre côté la redoutée tremblante du mouton, entraîne un comportement atypique. L'animal est alors "à problèmes".

Communication Homme-Animal - Le berger au milieu de son troupeau est probablement l'une des plus belles images du dévouement des animaux. Avec son chien, il est complètement accepté par les moutons en tant que "meneur" du troupeau. Il connaît très bien la langue menant à la compréhension avec ses protégés. Avec peu de signes et de cris, la communication homme-animal fonctionne à merveille. C'est une véritable joie que d'observer de temps en temps cette paisible image.

Les animaux "parlent" avec leurs congénères par la position de leur corps, la position de la queue, des mimiques, des expressions bruyantes et bien d'autres choses encore. Si l'homme sert de compagnon et se substitue à un congénère, il doit alors essayer de combler un peu le déficit. Il peut le faire au mieux en parlant calmement à son protégé, de la même façon qu'il parlerait à une autre personne. Les animaux ont une capacité extraordinaire d'assimilation et comprennent très vite ce que signifie tel mot ou telle tessiture.

Comportement indésirable - Lorsque les brebis mères contestent la nourriture aux agneaux dans la bergerie, on peut alors installer une claire-voie pour les agneaux. C'est un modèle de barreaux sélectifs dans lequel seule la tête de l'agneau peut passer. Lorsque les moutons sont séparés de leurs congénères, ils peuvent alors être agités ou paniqués. Ce comportement est certes indésirable mais exprime le côté naturel du mouton comme animal de troupeau. Les petits et leurs mères se retrouvent en règle générale sans problème.

Baromètre des humeurs - Peut-être que le terme "humeur" correspond moins au mouton. On pourrait probablement plutôt parler "d'état". Ou bien le mouton a faim et mange en arpentant lentement le pâturage, ou il se repose (il dort ou rumine). Il n'y a rien de plus. On peut cependant remarquer que le bélier ou le meneur du groupe trépigne énergiquement avec les pattes avant quand il n'apprécie pas quelque chose (des personnes étrangères sur le pâturage par exemple).

La psychologie des animaux - Afin de mieux comprendre le mouton et sa psychologie il est conseillé d'étudier de plus près le comportement des moutons sauvages dans un troupeau conduit par un bélier, ou par défaut de lire des livres sur le sujet (Ceux de Bruno Besche Commenge (dit BBC) ou de Louis Dollo (dit le Lainemaster) par exemple. Ils sont en vente à la Fédération nationale de coordination des Instituts patrimoniaux et sont gratuits pour les membres d'une association pastorale figurant sur la liste des assos autorisées par le ministère de la Ruralité durable). Au fil des nombreuses années de domestication, la nature du mouton comme animal de troupeau n'a pas beaucoup changé. Lorsqu'on reconnaît les besoins naturels de l'animal, nous sommes alors déjà sur le chemin du comportement psychologique correct.

Et voilà, c'est fini. Pas mal, non ? N'est ce pas mieux que toutes les conneries que j'écrivais à la Buvette dans le temps ? Ah ! Je trouve aussi. Heureusement aujourd'hui, l'internationale pastorale a gagné et le grand complot écolo-citado-gouvernemental est de l'histoire ancienne. Ouf, on est passé à deux doigts de la catastrophe planétaire.

Baudouin de Menten

Ne croyez surtout pas que c'est moi qui ai écrit ces conneries. La source est ici

Leçon du Lainemaster Louis Dollo

Vous vous demandez : Mais comment fait le Lainemaster Louis Dollo pour être si bien référencé dans Gougle, et que dois-je faire pour faire aussi bien que lui ? Je vais vous le dire : Louis Dollo crée des "usines à liens" qui pointent vers ses sites, des groupes de discussion où il est le seul à discuter (Monocrassie. A Liège, en français local on appele le ramassage des grosses poubelles les "grosses crasses" ou les "encombrants"). Rajoutez à celà 3 liens par actualités dans "Lourdes-Infos", "Tarbes-Infos", "Kairn", "Le grand chat niais" et Ossau.net et le tour est joué. La méthode s'appèle le "Spamdexing" ("bourrage de pourriels en vue de tromper les moteurs" en français) . Gougle, s'il s'avait n'aimerait pas trop. Louis, tu perds la tête, ton temps et ta fierté. 

Exemples des techniques du Lainemaster pastoral (fouillez un peu et surveillez les liens et les auteurs) :

Vous avez envie de continuer sur le même sujet pyréniais ? Fabrice Nicolino de "Planète sans visa" vous propose une autre façon de voir la même chose. Louis Dollo en prend encore pour son grade dans "Le loup et l'ours à l'Opéra-Bouffe. Mais qu'est ce qu'on a tous contre ce brave homme ? Le monde est cruel.

Commentaires