Cantabrie, les ours des 2 noyaux se rapprochent

Espagne - Monts Cantabriques - Les deux noyaux qui forment la population d'ours des Monts Cantabriques se rapprochent. La présence d'une femelle avec des oursons dans une vallée qui séparent les deux noyaux est donc une opportunité pour la jonction des deux populations. Le passage d'un ours mâle d'une population à l'autre permettra aussi le mélange des gênes entre les deux noyaux encore menacés.

Ferus publie un article intitulé "Espagne, l’ouest à la conquête de l’est" qui reprend une actualité de la Fondation pour la politique des animaux sauvages (Fapas), principal organisme de défense des ours en Asturies.

2 bonnes nouvelles pour les ours de la cordillère cantabrique. Pour rappel, cette population est composée de 2 noyaux, l’un occidental (80-100 ours) et l’autre oriental (25-30 ours). Les 2 noyaux sont séparés depuis le début du XXème siècle et montrent des différences génétiques importantes ; le noyau oriental est extrêmement fragile et a fortement besoin d’un apport génétique nouveau.

Présence d'une mère et d'oursons dans une vallée située entre les 2 noyaux des Monts Cantabriques

Situation des 2 populations d'ours dans les Monts Cantabriques, Espagne Les ours du noyau occidental se sont rapprochés du noyau oriental (montagnes de Palencia). Ils recolonisent en effet la vallée de Trubia et sont de plus en plus proches d’Oviedo, la capitale des Asturies. Une ourse et ses 2 oursons ont été détectés à 8 km des limites administratives de la ville. C’est la première fois depuis 10 ans que des oursons sont détectés dans ce secteur. Depuis 3 ans, on constatait déjà la présence d’individus erratiques. Ce nouveau sous-noyau semble maintenant comprendre au moins 3 femelles reproductrices soit autant que le sous-noyau de Somiedo. Le retour de l’espèce dans la vallée de Trubia est donc une réalité et marque une avancée essentielle dans la reconnection des noyaux occidental et oriental.

Le FAPAS a également souligné l’augmentation de femelles reproductrices dans la vallée de Pigüeña (Somiedo) avec 3 femelles suitées repérées cette année.
Source : Oseznos a ocho kilómetros de Oviedo / La nueva Espana

Nouveau mélange de gênes

Un mâle du noyau occidental a rejoint le noyau oriental. C’est une bonne nouvelle qui permettrait le mélange des gènes entre les 2 noyaux. Pour l’instant, rien n’indique que le mâle ait trouvé une femelle pour s’accoupler. Dans les années 1990, un autre mâle du noyau occidental avait réussi à rejoindre le noyau oriental. Mais, blessé, il mourut rapidement. Afin d’améliorer le patrimoine génétique du noyau oriental, il faudrait, au minimum, une reproduction avec un mâle occidental tous les 10 ans. Espérons que ce nouvel ours, baptisé El Emigrante, tienne toutes ses promesses.

Source : Asturias logra comunicar la fauna osera de oriente y occidente / La Voz des Asturias
Traduction : FERUS

Commentaires