Un gypaète barbu tiré dans les Pyrénées-Atlantiques

Communiqué de presse de LPO

Vendredi 11 janvier, un gypaète barbu a été récupéré, blessé, dans la Vallée d’Aspe. Radiographié dès son arrivée dans les locaux du groupe vétérinaire d’Oloron (Pyrénées-Atlantiques), la présence de deux plombs de chasse a été détectée et indique qu’il a été tiré. Or, ce rapace de 2,80 mètres d’envergure est le plus rare et le plus menacé d’Europe, avec moins de 150 couples nicheurs.

Les agents du Parc National des Pyrénées, du secteur de la vallée d’Aspe, ont récupéré vendredi 11 janvier, un gypaète barbu adulte accidenté par un véhicule sur la Nationale 134 à Sarrance (Pyrénées-Atlantiques). Radiographié dès son arrivée dans les locaux du groupe vétérinaire d’Oloron (Pyrénées-Atlantiques), la présence de deux plombs de chasse a été détectée et indique que cet oiseau, rarissime et emblématique des Pyrénées, a été tiré. Pourtant, avec ses 2,80 mètres d’envergure, il est impossible de le confondre avec une palombe, une grive ou une bécasse !

Le gypaète barbu est le rapace le plus rare et le plus menacé d’Europe avec moins de 150 couples nicheurs, dont la majorité vivent dans les Pyrénées. Nécrophage de la même envergure que le vautour fauve, il est au bord de l’extinction en Corse et en Crète. Dans les Alpes, où il est réintroduit depuis plus de 20 ans, on compte seulement 13 couples nicheurs.

Dans les Pyrénées, plus d’une cinquantaine d’organismes participent à sa sauvegarde dans le cadre d’un plan de restauration ministériel, coordonné par la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux), : le Parc national des Pyrénées, des associations naturalistes, l’Office national des forêts (ONF), l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), les Fédérations de chasse de la Haute-Garonne, de l’Ariège et des Pyrénées-Orientales…Ce plan est financé par les Conseils généraux et régionaux du Massif Pyrénéen, l’Etat et l’Europe. Par ailleurs, plusieurs programmes transfrontaliers ont œuvré à la conservation de ce rapace dans cette région.

Ce magnifique « casseur d’os » a été victime de l’acte de braconnage d’un irresponsable et ce geste pénalise tout le monde cynégétique.

Le 12 décembre dernier, ce sont des chasseurs de la Fédération de Haute-Garonne qui ont sauvé un autre gypaète barbu adulte, découvert blessé près de Bagnères de Luchon (Haute-Garonne).
Ces deux gypaètes blessés en moins d’un mois, ont été recueillis par le Centre de soins pour les oiseaux du Pays Basque, Hegalaldia. En raison de leur extrême fragilité, ces grands rapaces resteront en isolement durant leur période de soins. Espérons qu’ils pourront survoler à nouveau les sommets pyrénéens, pour le grand plaisir de tous les montagnards épris de beauté et de nature.

Alain Bougrain Dubourg
Président de la LPO

Commentaires