Rétrospectives des actualités de l'ours des Pyrénées en 2007

19 janvier 2007 - L’instruction sur la mort de l’ourse Cannelle se termine par un non lieu. René Marquèze, le chasseur qui a tué la dernière femelle d’origine pyrénéenne à Borce le 1er novembre 2004 repartira innocent, sans même un procès. Légitime défense! Etat de nécessité absolue! De nombreuses réactions du côté des associations. Pour FERUS: "S’il suffit d’aller au contact des espèces protégées et de se trouver en difficulté pour avoir "le droit" de les tuer, c’est la porte ouverte à des tas de dérives". Pour le FIEP: "Ce non-lieu pourrait conduire à une remise en cause du statut légal d'espèce protégée en France". Pour Dominique Voynet, "Comment ce non-lieu pourrait-t-il être interprété autrement, par les opposants à la présence de l'ours, que comme un acte d'encouragement ? Allez-y, les gars, tous les coups sont permis !" FERUS fait appel de cette décision.

10 février - La Buvette analyse la polémique autour du renforcement de la population d'ours des Pyrénées.

17 février - La région Midi-Pyrénées a refusé son engagement financier dans l'IPHB. 700.000€ qui n'iront pas dans les caisses de l'Institution. "Tous les crédits consacrés à l'ingénierie territoriale et à l'animation des pays ont été exclus de cette nouvelle génération de contrats, par la volonté expresse de l'État."

17 février - l'ASPP des Hautes Pyrénées se vautre dans les rumeurs : Les ours réintroduits ne seraient pas équipés d'émetteurs, Franska aurait avorté puis aurait été tuée à l'ancienne, à l'arme blanche, Sarousse serait malade... A la gouverne, Louis Dollo.

22 février - On y apprend quelors d'une réunion de l'ASPP 65 «durant près de trois heures de débat, de nombreuses idées ont été proposées dont celle d'éliminer Franska». Selon Louis Dollo, «il semble qu'une ou des solutions aient, en définitive, été trouvées mais les participants restent discrets sur la méthode ou les méthodes qui pourraient être adoptées selon les secteurs et la complexité des pratiques et surtout des droits exercés sur les terrains par les uns et les autres. L'ASPP 65 serait le «chef d'orchestre » de l'ensemble. Une réunion de travail pour la coordination des actions devrait avoir lieu en comité restreint en fin de semaine. Nous devrions en savoir plus à cette occasion.» Le 9 aout 2007, L'ourse Franska mourra sur une route ! Louis Dollo sera l'un des premiers sur place en "envoyé spécial"...

Mars - Le 10, l’ours Balou, relâché à Arbas (Haute-Garonne) en juin 2006, est sorti de son repos hivernal. Il a été localisé en Ariège. Le 17, Sarousse est observée dans la Val d'Aran, sans ourson, après une courte hibernation de deux mois.

6 avril - Un juge d’instruction avait initialement conclu à un non-lieu en faveur du chasseur qui avait abattu la dernière ourse de souche Pyrénéenne, Cannelle, le 1er novembre 2004. L’auteur du coup de feu s’était prétendu en « état de nécessité ». L’appel interjeté par plusieurs associations naturalistes, a été entendu : rené Marquèze sera bien jugé et les faits seront débattus au grand jour. Le procureur de la République a conclu en faveur d’un renvoi devant le tribunal.

11 avril - Franska a montré les premiers signes d’activités mais s’est cependant peu déplacée. Elle se trouve dans les Hautes-Pyrénées, près de la frontière avec les Pyrénées-Altantiques.

16 avril - Les associations anti prédateurs organisent avec le CERPAM, une "rencontre inter-massifs" à Serres dans les Alpes du Sud, réunissant 250 personnes autour de la question du retour des grands prédateurs.

22 avril - L'ourse Franska est très mobile pour une femelle. Analyse de Mathieu Krammer.

24 avril - Hvala a donné naissance a deux oursons à Melles. Oursons qui se révèleront plus tard être deux femelles : Bambou et Pollen.

29 avril - Comme prévu, le collier de localisation GPS de l’ourse Franska s’est décroché. Il a été récupéré afin de traiter les données qu’il contient. Elle est encore suivie grâce à un émetteur radio.

4 mai - Pyrénées occidentales : ORSO, La semaine dernière, du 23 au 26 avril, une vingtaine de personnes ont parcouru quatre fois le même itinéraire, simultanément, sur les secteurs d’Aspe, Ossau, Navarre et Aragon. En tout, 75 itinéraires ont été passés au peigne fin, afin de recueillir des poils, des crottes, des empreintes. « La campagne n’a pas été très fructueuse ».

6 juin - Ariège : «les éleveurs du canton bien remontés, envisageraient de réaliser des opérations d’effarouchement sauvages sur la route des corniches». «On parle d’effarouchement des ours afin de les éloigner des habitations, de cantonnement dans des réserves».

7 juin - L'association FERUS regrette que les services de l’Etat communique sur la localisation des ours avec précision. On signale avec très peu de jours de décalage la situation de certains ours, notamment d’ourses suitées. Cette précision pourrait permettre à des gens mal intentionnés de débusquer les animaux.

11 juin - La Chambre d’Agriculture, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs des Hautes-Pyrénées, ont demandé « le retrait immédiat de Franska », actuellement présente entre les vallées de l’Adour et d’Aure. Pour justifier cette mesure excessive, ils estiment que « les agissements de cette ourse relèvent d’un comportement anormal ».

23 juin - FERUStrouve déplorable la tournure de l'information donnée aux Français sur l'ours. Des affirmations inexactes et non vérifiées, ainsi qu'un excès d'informations sur le sujet, semblent vouloir relancer une polémique autour du dossier de l'ours.

30 juin - Gérard Caussimont, président du FIEP (Fonds d'intervention éco-pastoral) reçoit des mains du préfet Marc Cabane les insignes de chevalier dans l'ordre national du Mérite.

2 juillet - l'ONCFS publie son rapport de suivi. Côté occidental, il reste 5 individus, 4 mâles (Néré, Aspe-Ouest, Camille, Cannellito) et une femelle, Franska qui a passé une partie de l'année sur le massif du Pibeste. Elle ne rejoindra jamais les mâles béarnais. Le noyau central quant à lui s’est trouvé renforcé avec les lâchers de 2006 en Haute-Garonne. Ce sont au minimum 8 animaux qui ont pu être individualisés, dont les ours Hvala, Balou, Sarousse et Pyros, ainsi que 2 femelles suitées côté espagnol repérées grâce à des observations visuelles. L’une était accompagnée d’un ourson de l’année, l’autre d’un ourson d’un an et demi.

10 juillet - En Ariège, la mauvaise foi des éleveurs pervertit le système d'indemnisation des dégâts d'ours. 94 brebis sont mortes d’une chute en montagne en Ariège, et immédiatement, les opposants à l’ours crient « Haro sur l’ours ! ». L’expertise réalisée sur place par les techniciens est pourtant formelle: Aucun élément relevé sur le terrain ne permet de mettre l’ours en cause. Les dégâts seront indemnisés.  Aucune trace de prédation sur les brebis, aucun indice de présence d’ours sur l’estive.

20 juillet - Pendant les élections, les opposants à l’ours ont fait monter la pression pour amener l’Etat à capturer l’ourse Franska. Une réunion de crise a été convoquée le vendredi 22 juin par le préfet des Hautes-Pyrénées.

26 juillet - Ni relance, ni démantèlement. Elus et éleveurs hostiles au retour de l'ours dans les Pyrénées ont rencontré à Toulouse, la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet. Cette réunion répondait à la demande des responsables agricoles des Hautes-Pyrénées, soutenus par des parlementaires du département, qui exigent le retrait de Franska, l'un des cinq plantigrades originaires de Slovénie réintroduits en 2006 dans la chaîne pyrénéenne.

Très mobile depuis sa sortie d'hibernation, l'ourse a été traquée à plusieurs reprises par des éleveurs en colère, qui ont organisé des battues d'effarouchement, armés parfois de fusils, pour la chasser des estives où pâturent les troupeaux, généralement sans surveillance de bergers.

Ces actions "contribuent à l'affolement de l'animal", a estimé le préfet des Hautes-Pyrénées, Emmanuel Berthier, qui a mis en garde élus et éleveurs du département contre tout dérapage. "Je veux faire baisser la tension", affirme le nouveau préfet de région, Jean-François Carenco. Ce proche du ministre de l'écologie Jean-Louis Borloo affiche une volonté de dialogue avec des éleveurs "qu'on ne méprise pas".

9 août - L’ourse Franska a été retrouvée morte sur la route entre Lourdes et Argelès. Elle aurait été percutée par une voiture. Après la mort de Palouma le 26 août 2006, Franska,... des 4 ourses femelles réintroduites, il n'en reste que 2. Claude-Marie Vadrot déclare  : "L'ourse, d'origine slovène, Franska, n'est pas morte à cause d'un ou deux automobilistes, mais parce que des bergers-chasseurs et des chasseurs de la région l'ont poussée à coups de fusils vers une plaine et une zone où elle n'avait rien à faire."

10 août -La question de nouvelles réintroductions d'ours dans les Pyrénées sera "posée à froid" avec "tous les experts et les partenaires locaux" lors d'une "évaluation à mi-parcours" à l'automne, a affirmé jeudi la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet. Pour la ministre, la question du remplacement de Franska "ne se pose pas de manière urgente", car les réintroductions se font au printemps. "J’ai annoncé au mois de juillet qu’une évaluation à mi-parcours serait lancée à l’automne et cette évaluation va intégrer la mort de Franska.

13 août - L'autopsie de l'ourse Franska a révélé que Franska avait 17 ans et avait été atteinte il y a un mois environ de plusieurs dizaines de plombs "sans lien avec la mort de l'animal".

13 août - Loin de chercher l'apaisement, Marie Lise Broueilh, présidente de l'ASPP 65 (Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Pyrénéen) et après avoir annoncé qu'elle allait "mettre le feu à la montagne" si le programme de réintroduction était repris pour remplacer Palouma et Franska, désire maintenant s'en prendre à l'ours Boutxy, que quelques coups de fusil cet hiver n'ont pas réduit au silence, et aux "ultra environnementalistes". La buvette analyse la prose anti-environnementale de Marie-Lise Broueilh.

En août 2006, Ferus a déposé plainte contre les battues d’effarouchement de l’ourse Franska. FERUS porte plainte contre Louis Dollo pour "tentative de destruction d’une espèce protégée" et porte également plainte contre tous les participants aux battues ayant eu lieu en 2007.

Les 3 associations les plus actives dans le dossier de la sauvegarde de la population résiduelle d'ours pyrénéens s'associent pour exiger de l'Etat un peu plus de fermeté et pour empécher les ultra pastoraux d'imposer l'anarchie pastorale.

15 août - AVES porte plainte à son tour. De son côté, l'ADDIP demande audience à Nicolas Sarkozy.

24 août - Hvala est la nouvelle cible de l'ASPAP. L'ourse Hvala est considérée par l'ASPAP comme atypique! C'est la nouvelle mode du moment. Leur stratégie est maintenant rodée : On cible un ours à la fois, on met le paquet et la pression puis on demande le retrait.

29 août - Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, a demandé un complément d’enquête au procureur de la République. «Il m’apparaît important que l’enquête que vous conduisez suite à la mort de l’ourse Françka puisse s’intéresser à l’ensemble de ces circonstances et que les responsabilités pénales en découlant, qu’elles relèvent de l’application des textes sur les espèces protégées ou de la police de la chasse, puissent être recherchées par vos soins.» Louis Dollo est en première ligne.

30 août - Laurent FABIUS : "Alors, puisque vous parlez, il faut essayer d’être cohérant entre ce qu’on fait au niveau national et ce qu’on fait au niveau local. En ce qui concerne l’ours, moi j’ai toujours… et j’en ai beaucoup parlé avec mes collègues et amis là bas. J’ai toujours été frappé par le fait que euh, on avait, importé euh des ours euh qui étaient carnivores alors que… il existe des espèces d’ours qui sont herbivores et donc je trouve que là on est dans une absurdité totale !"

6 septembre - Pilippe Serpault, journaliste ariégeois dénonce le fait que l'ours devient bouc émissaire.

6 septembre - L'ourse Franska n'a cessé d'être traquée. Dr Claude Guiraud : « C’était une mort programmée, à partir du moment où l’ourse n’avait ni territoire, ni tranquillité, ni sécurité. Pour qu’un renforcement d’espèce soit réussi, il faut supprimer les causes qui ont provoqué la diminution : garantir la paix de l’animal et sa possibilité de se nourrir. »

Il est intéressant de relire les déclarations de Louis Dollo du 22 février : "il semble qu'une ou des solutions aient, en définitive, été trouvées mais les participants restent discrets sur la méthode ou les méthodes qui pourraient être adoptées selon les secteurs et la complexité des pratiques et surtout des droits exercés sur les terrains par les uns et les autres." FERUS dénonce les traques.  

7 septembre - Roland Castells, maire Modem de Bagnères-de-Bigorre : « Jamais je n’aurais imaginé tant de haine. » Le passage réservé aux animaux sauvages était obstrué par des planches. Ce n’est sûrement pas un hasard. L’ourse a ainsi été contrainte d’emprunter la route à quatre voies.

24 septembre - NKM affirme sa détermination à mener à bien la réintroduction de l'ours en Pyrénées, en dépit de l'opposition d'une partie des éleveurs.

15 octobre - Le procès au civil de dix opposants à l'ours qui ont saccagé la mairie d'Arbas est reporté au 22 octobre à Toulouse.

31 octobre - Patrick Pappola  analyse la stratégie de l'Association Nationale des Elus de la Montagne. (ANEM)

4 novembre - Villeneuve-les-Béziers (34). La municipalité avait décidé d’orner un rond point avec une famille d’ours en bois. Un couple d’ours et deux oursons. Les sculptures ont été saccagées.

5 novembre - Le FIEP demande la réintroduction de deux ourses en Béarn.

13 novembre - René Marquèze est renvoyé en correctionnelle où il sera jugé.

22 novembre - Farid Benhammou soutient sa thèse "Crier au loup pour avoir la peau de l’ours : une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France."

26 novembre - La DIREN MIDI-PYRENEES organise, dans le cadre de l'évaluation à mi-parcours du "Plan de restauration et de conservation de l’ours brun dans les Pyrénées françaises 2006-2009", une "Mission d’inspection générale de l’Environnement" et plus précisément, du 26 au 29 novembre 2007, un voyage d'étude avec une délégation française dans les Asturies, en Espagne. Fidèles à leurs habitudes, les associations pastorales opposées à la survie des ours dans les Pyrénées ont "négocié pied à pied" le nombre de leurs représentants jugé "déséquilibré" et ont modifié le programme afin d'avoir la possibilité de rencontrer sur place "des interlocuteurs locaux alternatifs de ceux imposés par le programme." Pour l'ADET, la gestion de l'ours des Asturies est une démonstration. Pour le FIEP : la cohabitation avec l'ours est une volonté.

27 novembre - Les casseurs d'Arbas condamnés. Les dix éleveurs et membres des associations opposées à la survie de l'ours dans les Pyrénées qui avaient violement manifestés à Arbas le 1er avril 2006 ont été condamnés à 6.796 € pour dégradation de biens publics.

13 décembre - Pour les ultrapastoraux : "le seul interlocuteur c'est l'Etat". La stratégie des éleveurs consiste à saboter les voyages d'étude organisé par l'Etat. La stratégie de la chaisse vide se met en place. Elle durera toute l'année 2008.

20 décembre - Le FIEP lance une pétition pour remplacer les ourses Cannelle, Palouma et Franska.

25 décembre - Les ultrapastoraux lancent une souscription pour payer les condamnations en justice des casseurs d'Arbas.

31 décembre - Le rapport de suivi 2007 du réseau ours brun ne sera publié qu'en 2009 !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires