Rapport d'activités des techniciens pastoraux itinérants (TPI) - saison 2007

L'année 2007 a permis de poursuivre le travail amorcé par les techniciens pastoraux les années passées. Ainsi, l'ensemble de l'équipe présente en 2006 a souhaité se réinvestir pour aider les éleveurs transhumants, les bergers et les apiculteurs à travailler en zone à ours.

Le personnel a même été renforcé grâce à l'embauche de 2 nouveaux techniciens par la Direction Départementale de l'Agriculture et de la Forêt des Pyrénées-Atlantiques.

Cette saison présente des points communs avec 2006 car 4 ours étaient encore équipés d'émetteurs, avant la mort de Francka, ce qui facilite les actions ciblées sur certaines estives. Le contexte du début de saison était aussi plus facile à appréhender que l'an passé car nous n'étions plus dans une période de lâchers d'ours. L'objectif était alors d'accentuer le travail de fond et les prospections pour initier une dynamique positive sur le terrain.

Les mesures de protection se sont concrétisées sur la commune de Melles, les héliportages se sont déroulés dans les temps malgré une météo difficile et la zone couverte par les techniciens s'est très largement étendue. Des actions ont également pu être menées sur des secteurs jusqu'alors peu parcourus, comme la Barousse ou la Bigorre.

Mais dans le même temps, la situation a été critique dans les Hautes-Pyrénées où l'ourse Francka a commis beaucoup plus de prédations qu'en 2006. Un second foyer de prédation, plus restreint, avec l'ourse Hvala, s'est développé sur l'extrême Ouest de l'Ariège. Le personnel s'est alors investi dans les mêmes proportions que sur Melles en 2006.

Le contexte dans lequel le personnel a évolué s'est alors nettement complexifié et cela pose la question du rôle à jouer par les techniciens pastoraux lorsque certains ours sont suivis par télémétrie. Le prochain enjeu sera d'adapter les méthodes de travail et d'assurer la continuité des missions de l'équipe dans des conditions où aucun ours ne sera équipé d'émetteur. Ces modifications passent-elles par une restructuration ou une nouvelle définition des objectifs de l'équipe? Il est important de l'anticiper car cela pourrait se présenter dès 2008 et au plus tard en 2009.

Pour répondre à cette question, il convient d'évoquer la composition et l'organisation de l'équipe avant de détailler la localisation des interventions réalisées au cours de l'été 2007. Ensuite, le bilan des missions pourra être détaillé par grands thèmes afin de mieux appréhender les enjeux et les perspectives pour 2008.

Le bilan de la saison d'estive 2007 présente des aspects positifs à plusieurs titres. En effet, la zone couverte par l'action des techniciens pastoraux itinérants s'est très nettement étendue et ils ont pu effectuer des interventions efficaces sur de nombreuses estives gardées, y compris sur des montagnes où les techniciens pastoraux itinérants ne pouvaient pas intervenir précédemment.

Les secteurs les plus concernés ont subi des prédations de la part des ours équipés Francka et Hvala mais les techniciens se sont également déployés sur d'autres estives, visitées par des ours non équipés d'émetteurs. Les techniciens pastoraux itinérants sont toujours très bien acceptés et leur présence était même vivement souhaitée sur plusieurs montagnes. Cela souligne leur légitimité et leurs compétences.

Un second point fort reste l'installation des mesures de protection sur la commune de Melles. Hvala et ses 2 oursons sont passés régulièrement sur le secteur pendant l'été et seule 1 attaque sur 3 brebis a été relevée après la saison d'estive, lorsque les ovins étaient en pacage libre. Cela contraste nettement avec l'été 2006 où près de 20 attaques sur presque 40 animaux avaient été comptabilisées. Mais ce bilan n'est qu'intermédiaire et il est indispensable de confirmer ces actions dans le temps pour qu'il ait une valeur réelle.

Toutefois, sur plusieurs autres estives le bilan est plus lourd. Ainsi, les prédations de Hvala se sont décalées vers l'est, en Ariège. Les estives du Barestet et de la Chapelle de l'Izard ont été plus lourdement touchées que les années précédentes, même si l'action des techniciens pastoraux itinérants a permis de limiter le nombre d'ovins prédatés. Rappelons que 91% des brebis classées imputables sur le Barestet ont été prédatées en l'absence des techniciens pastoraux itinérants alors que ces derniers ont passé une très grande partie de la saison sur cette montagne.

Les attaques de Francka dans les Hautes-Pyrénées entre mi-mai et début août (avant sa mort) ont très largement souligné les limites du système. Les techniciens pastoraux itinérants ne peuvent pas intervenir dans des zones où le gardiennage est totalement absent et où les lots de brebis sont trop dispersés pour espérer les protéger efficacement. Ce constat est vrai que l'ours soit équipé d'un émetteur ou non.

De plus, malgré l'acceptation des techniciens pastoraux itinérants, il nous semble que peu d'éleveurs ou de bergers souhaitent changer leurs méthodes de travail suite aux prédations. Il est bien évident que de tels changements sont très lourds à mettre en œuvre et souvent plus contraignants que l'existant. Mais les techniciens pastoraux itinérants n'ont pas vocation à se substituer aux mesures de protection et surtout pas à remplacer les bergers ou éleveurs-gardiens déjà en place. L'objectif est bien d'appuyer et d'accompagner les professionnels agricoles confrontés à la présence de l'ours en zone d'élevage transhumant.

Enfin, les diagnostics de vulnérabilité n'ont pas donné les résultats escomptés, ni en Ariège, ni en Haute-Garonne. Mais le travail réalisé par l'Association pour la Cohabitation Pastorale, appuyée par les techniciens pastoraux itinérants, sur la commune d'Orlu, permet d'envisager des perspectives intéressantes. Les mesures de protection prévues sur ce secteur en 2008 ont pour objectif de faire diminuer de façon significative les prédations et augmenteront la connaissance dans ce domaine. Il faudra ensuite accentuer les efforts de sensibilisation et de communication en 2008 afin de développer ce genre d'initiatives.

Commentaires