Chien de Carélie, une bonne idée?

Le chien d'ours de Carélie,une arme fatale contre l'ours ?

Lors de son assemblée générale, un éleveur de l'ASPAP (l'Association pour la sauvegarde du patrimoine ariégeois pyrénéen) a présenté son chien de Carélie, venu de Russie comme une arme fatale contre l'ours ? «Un chien courageux, qui n'a pas peur du plantigrade et capable de le faire fuir jusque dans la commune qui l'a voulu, Arbas ! » se sont amusés les anti-ours raconte la Dépêche du Midi. Cette surprise va-t-elle révolutionner les séjours en Estive. L'ours n'a t-il qu'à bien se tenir? Adressons nous à des spécialistes.

Françoise Bivel, que pensez-vous de cet éleveur pyrénéen qui compte protéger son troupeau avec un chien de Carélie ?
Françoise Bivel : Je pense que les bergers ont fait une erreur. En effet, le Chien de Carélie n'est pas un chien de protection de troupeau mais un chien de chasse, ce qui sous entend une recherche active. Ce n'est pas parce qu'un ours s'approcherait du troupeau qu'il reconnaîtrait là la proie d'origine de son nom. Je pense même que je vais le signaler dans mon site. Il peut y avoir de sérieux problèmes de cohabitation avec les moutons et avec les autres chiens.

La Carélie est situé à la frontière de la Russie et de la Finlande. Quelles sont les caractéristiques de ce chien venu du Nord ?

Chien d'ours de CarélieLe chien d’ours de Carélie a un physique séduisant, mais il peut-être infernal s'il n'a pas une grosse activité physique. C'est un chien de chasse à fort caractère, qui ne vous pardonnera pas d’erreur d’éducation, pouvant devenir indépendant et vivre sa vie de son côté s’il n’y a pas assez de relation basée sur une activité commune.

Le chien de Carélie est un chien chasseur d'ours. Il est très courageux, et quelques rares chasseurs au sanglier l’ont adopté avec bonheur. Il nécessite par contre un rapport étroit avec son maître, pas d’être chien de chasse au chenil. Les chasseurs français doivent adapter leurs techniques à cette race, qui n'a pas les mêmes comportements que les chiens "de chez nous".

De nature équilibrée, un peu réservé, courageux et persévérant. Sûr de lui, Le chien de Carélie peut être agressif envers ses congénères, mais jamais envers les êtres humains. Son instinct de combat est fortement développé. Ce chien n'a pas grand chose du pur chien de compagnie. Il faut pouvoir lui apporter beaucoup de défoulement physique et d’accepter de soigner son éducation dès son plus jeune age avec des méthodes positives, pour modérer son caractère facilement autoritaire et décideur, sans quoi il rejoindra le lot des chiens à problème.

Le chien de Carélie a un fort tempérament chasseur et aucune éducation ne l’arrêtera s’il a pris une piste. C’est également un chien qui est souvent bagarreur avec ses congénères. Tout ceci en fait un chien difficile à sortir sans laisse en toutes circonstances, et pourtant c’est indispensable à ce type de chien actif ! C’est aussi un chien très observateur et malin, qui apprend vite à repérer une porte ouverte, ou comment les ouvrir.

Deuxième témoignage d'un autre éleveur de Chien de Carélie (Val des Granges) qui précise : "L'odorat du Le chien de Carélie est fin et précis. Il lui permet de débusquer le gibier dans tous types de terrains même très broussailleux. La façon de chasser du chien d'ours de Carélie est très particulière : Sa quête est silencieuse jusqu’à l’identification du gibier. Il adopte alors une attitude gardienne, tournant autour de lui et cherchant à le bloquer sur place. Il aboie lors jusqu’à l’arrivée de son maître."

Un autre éleveur espagnol : "Le chien ours de Carélie a un caractère inquiet et une grande énergie pour courir, sauter et surtout pour jouer. Il n'est pas conseillé de l'avoir à l'intérieur de la maison, car il mord tout ce qu'il trouve, mobilier et plantes, il a donc besoin de grands espaces afin de venir à bout de toute cette énergie.  C'est un fidèle gardien de son territoire, il imposera son caractère dominant aux autres chiens et il sera le dominant dans son groupe.

Le chien de Carélie doit être éduqué à partir de l'âge de trois mois car il est têtu et prend ses décisions de façon indépendante. Il ne faut pas le laisser décider par lui-même. Il doit être éduqué avec beaucoup de fermeté et il faut qu'il comprenne qui est le maître. Il a peu de défauts et il est très intelligent si on l'éduque correctement afin de développer toutes ses vertus dont son intelligence et son sens olfactif. Il est interdit de les battre. Il ne supporte pas la chaleur, il est à l'aise quand il pleut, dans le froid ou la neige. S'il entre dans un poulailler, il est capable de ne rien y laisser. Son avidité quand il poursuit une victime peut le mettre de mauvaise humeur s'il doit se déplacer sur un terrain difficile car il peut manquer d'agilité. "

Si le berger en question ne soigne pas particulièrement l'éducation de son chiot de Carélie, s'il n'y consacre pas un temps précieux et s'il ne possède pas des compétences certaines en éductaion canine, il est plus que probable que le résultat ne soit pas du tout celui escompté: des rapports conflictueux sont à prévoir avec les chiens de conduite du troupeau et avec les chiens de protection. Il n'est pas exclu que les autres animaux sauvages et même le troupeau en pâtisse et pas seulement les agneaux.

C'est a peu près ce que déclarait Alain Reynes (ADET) à la Dépêche du Midi  : «C'est incroyable ! Le chien de Carélie est un pur prédateur, un chasseur invétéré ! Il court derrière tout ce qui est à quatre pattes et qui bouge : marmotte, sanglier, chevreuil, ours. Il est très proche du loup, alors lui faire garder les moutons, c'est vraiment mettre le loup dans la bergerie ! C'est un carnage assuré. Nous connaissons très bien cet animal, puisque l'équipe ours elle-même en possède deux. Notamment pour pister les ours, suivre leur trace, et le cas échéant, pour l'effaroucher.

Le patou ou Montagne des Pyrénées a été sélectionné depuis toujours pour n'avoir aucune agressivité envers les ovins. Je ne comprends pas qu'une association qui revendique la protection du patrimoine d'ici refuse ce chien pyrénéen, qui précisément fait partie de notre patrimoine montagnard et qui a été dressé et sélectionné spécialement pour protéger les moutons. Utiliser le chien de Carélie contre l'ours est un acte de chasse contre une espèce protégée et c'est donc interdit

La suite lors du premier incident…

Photo : Françoise Bivel, www.danseavecleschiens.com

Commentaires