Extension de la station de ski de Mijanès : Michel Barnier autorise le défrichement de la Vallée de la Maure !

Michel Barnier a donné son autorisation pour l'extention de la station de ski de Mijanès, malgré les nombreuses lettres émises par les associations. La Communauté de Communes du Donezan a ainsi engagé un partenariat avec l’Office National des Forêts pour la mise en œuvre de ces opérations de défrichement.

En mars 2007, le Préfet de Midi-Pyrénées signait un arrêté d’Unité Touristique Nouvelle (UTN) permettant l’extension de la station de ski de Mijanès-Donezan, sur la commune de Mijanès en Ariège. Cette extension prévoit une augmentation de 40 % du domaine skiable au détriment de la Vallée de la Maure, espace naturel jusqu’ici totalement vierge d’installations humaines. Cette vallée se verrait alors investie par les bulldozers à des fins de terrassement et de bétonnage pour accueillir téléski et nouvelles pistes.

L’association Nature Midi-Pyrénées et le Comité Écologique Ariégeois avaient immédiatement déposé une requête devant le tribunal administratif pour faire annuler le Plan Local d’Urbanisme de la commune et l’arrêté signé par le Préfet.

À ce jour, ces requêtes sont en cours d’examen, mais les aménageurs ont l’intention de commencer les travaux sans attendre le jugement du tribunal. Ils ont ainsi sollicité monsieur Michel Barnier, le Ministre de l’Agriculture et de la Pêche, afin qu’il autorise le "défrichement" de la forêt concernée avant tout examen sur le fond des recours engagés.

La fédération Uminate (fédération régionale des associations de protection de la nature et de l’environnement) appuie ses associations Nature Midi-Pyrénées et le Comité Écologique Ariégeois, impliquées dans ce dossier, et considèrent ensemble qu’il est inadmissible que des travaux soient en préparation alors même que les recours en justice déposés n’ont pas encore été examinés sur le fond.

Elles se réservent ainsi le droit d’entamer d’autres procédures afin d’empêcher la destruction d’une zone naturelle remarquable par sa richesse. La Vallée de la Maure abrite en effet, entre autres, un réseau de tourbières accueillant plusieurs espèces végétales protégées dont la droséra, plante carnivore rare, mais aussi des populations d’espèces animales en danger : Grand tétras, Lagopède, Desman des Pyrénées...

Alors même que la biodiversité se voit enfin reconnue comme enjeu majeur dans les politiques d’aménagement du territoire - voir l’annonce le 5 juin dernier de l’abandon du projet de « Grand Contournement » autoroutier de Toulouse, au motif qu’il s’avérait notamment « préjudiciable à la biodiversité » selon le Ministère de l’Écologie  -, les associations écologiques ne peuvent accepter que ces richesses naturelles soient perdues à la seule fin de l’extension d’une station de ski économiquement non viable depuis fort longtemps et qui présente chaque année un déficit d’exploitation structurel (et les incertitudes relatives à l’enneigement doivent conduire à une attitude plus que prudente sur les réelles perspectives de la station).

11/06/2008
Communiqué de presse commun
Nature Midi-Pyrénées, Comité Écologique Ariégeois, Fédération Uminate

Lire aussi

Commentaires