La nécessaire complémentarité entre études scientifiques et indemnisations réparatrices d'une part, et politique de prévention et soutien économique d'autre part

Nonobstant les accents économiques et écologiques des deux plans étudiés, force est de constater que leur complémentarité est tout aussi souhaitable que leur distinction. Il est heureux de constater que les effets de l'un peuvent être favorables au second et réciproquement. Ainsi, dans la majorité des départements, le pastoralisme a pu bénéficier des mesures de prévention des prédations sur les troupeaux liées au renforcement du gardiennage en estive, largement financées par le MEDD/MEDAD/MEEDDAT depuis plusieurs années. Réciproquement, pour le Haut-Béarn, le soutien à la production de fromage en estive a permis une meilleure cohabitation avec les ours du noyau occidental.

L'application du règlement européen concernant le soutien au développement rural par le Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER), conduit à ce que la politique active de prévention vis-à-vis des grands prédateurs dispose de financements dans le cadre du soutien économique au développement rural (Axe 3). Cette disposition a paru aux observateurs avertis "ré-intégrer" dans les financements agricoles tous les financements de prévention vis-à-vis des prédateurs, tel l'ours, dans le cadre de la mesure 323c, à l'exception des cabanes pour l'hébergement du berger relevant du FEDER et du FNADT.

Source : "Évaluation à mi-parcours du plan de restauration et de conservation de l'ours brun dans les Pyrénées françaises 2006-2009" et "Évaluation  ab initio du plan de soutien à l'économie agro-sylvo-pastorale pyrénéenne 2006-2013".

Commentaires