Ecotorisme : Safari à l'élan en Suède

SKINNSKATTEBERG (Suède) - Après une heure de marche dans la forêt de Bergslagen au centre de la Suède, le premier moment d'excitation et d'espoir survint quand le guide chuchota en désignant le sol: "crottes d'élan"!

Ecotorisme : Safari à l'élan en Suède Rassuré, le petit groupe sur la piste des élans et des loups a alors repris sa quête derrière Marcus Jonson, propriétaire de Kolarbyn, un centre d'excursions écotouristiques qui bénéficie d'un label de qualité, "Nature Bästa" (Top Nature), que la Suède a été la première à créer en Europe.

"Nous avons une possibilité d'entendre des loups car je sais qu'il y a une famille dans le coin, mais pour les élans, je vous garantis que vous allez en voir", dit Jonson qui possède le label depuis trois ans.

Ce label de qualité écotourisme, lancé par la Suède en 1996, est décerné à des voyagistes triés sur le volet qui doivent se conformer à une série de critères très stricts pour la défense de l'environnement, le développement durable et l'insertion de l'entreprise dans l'économie locale.

Actuellement 78 voyagistes suédois, pour la plupart des micro-entreprises comme Kolarbyn, en bénéficient. Le processus de certification peut durer un an et le label est révocable.

"Les critères sont très durs mais cela m'a vraiment aidé à améliorer mes produits et à privilégier la qualité plutôt que le chiffre d'affaires", explique Jonson, qui à 30 ans travaille six mois par an pendant les beaux jours et le reste du temps parcourt le monde.

Pas d'électricité, pas d'eau courante, des repas le plus souvent possible organiques et cuits au feu de bois, Kolarbyn, à environ trois heures à l'Est de Stockholm dans le Västermanland, se targue d'être "l'hôtel le plus primitif de Suède".

On peut les croire sur parole. En bordure de la forêt de sapins, non loin d'un lac, le centre est composé de 12 huttes en bois à l'intérieur rudimentaire.

On y tient à peine debout entre deux petits lits en bois recouverts de peaux de mouton. Eclairage à la bougie et chauffage au bois que les clients doivent couper. Le silence y est d'or et la nuitée coûte 250 couronnes (26 euros) par personne.

Marcus Jonson organise plusieurs excursions, le safari à l'élan (1.795 couronnes), l'excursion des hurlements de loups (il est quasiment impossible de voir des loups sauvages en Suède qui en compte une centaine), ou encore celle des castors.

Le petit groupe - ils sont limités à huit personnes - n'a pas entendu les loups ce soir. Après minuit quand la pénombre en cette nuit scandinave de juillet a gagné la forêt et qu'il est temps de regagner la hutte, on a pu entrevoir la silhouette voûtée de quatre élans, le roi de la forêt, deux daims, et un lièvre.

Thomas Atterdal, photographe amateur venu de Stockholm, n'est pas déçu pour un sou après avoir crapahuté tant d'heures. "C'était formidable. C'est une excursion dans la nature et si on veut voir à coup sûr des animaux de près il faut aller au zoo", dit-il.

Contrairement aux autres membres du groupe, il connaissait le label. "Nature Bästa offrent les meilleures excursions guidées dans la nature sauvage", dit-il en pensant revenir avec sa famille à Kolarbyn et faire aussi une randonnée pour voir des hiboux.

Parmi les critères retenus pour recevoir le label écotouriste, il y a tout une part pédagogique sur le comportement des animaux. Avant de s'en aller, les participants du safari auront appris à imiter les cris de l'élan, l'appel du mâle, celui de la femelle et celui censé dire: ne bouge plus.

(Source :AFP / Romandie)

N'y aurait-il qu'en France que l'écotourisme autour de la faune n'existerait pas ?

Commentaires