Quelques conséquences de l’élevage pour la nature et l’environnement humain

Nous avons relevé ici quelques conséquences de l’élevage sur la nature et l’environnement humain appliquées aux Pyrénées ou en lien direct et indirect avec nos montagnes.

À l’automne 2006, la F.A.O., (Food and Agriculture Organization of the United Nations, la branche des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a publié un rapport important, La grande ombre de l’élevage (Livestock’s long shadow, Environmental issues and options) [Disponible uniquement en anglais sur virtualcentre.org  qui a fait, et fera encore grand bruit. Qu’une telle organisation internationale rende un rapport aussi sévère donne à réfléchir. Les faits sont têtus. L’élevage à l’échelle de la Terre, c’est :

  • 18% de l’effet de serre, davantage que la totalité des transports,
  • 26% des terres émergées
  • 78% des terres à usage agricole
  • 33% des terres arables consacrées à la production d’aliments de bétail
  • 8% de la consommation mondiale d’eau

La F.A.O. retient surtout les effets de l’élevage sur le réchauffement du climat, sur l’utilisation et la pollution des eaux (de plus en plus rares) et sur la biodiversité, qui s’effondre. Si ces effets se font sentir avec plus de gravité dans les pays tropicaux, il serait illusoire de considérer que nos pays sont épargnés par ces menaces, qu’elles soient produites par l’élevage industriel ou pas.

L’élevage est aussi la source, et ce depuis l’aube des temps néolithiques, d’épizooties, qui connaissent un regain extraordinaire ces dernières années.

Stéphan Carbonnaux

Extrait du "Rapport historique et prospectif sur la protection de l'ours dans les Pyrénées"  commandé par FERUS à Stéphan Carbonnaux.

Commentaires