Ariègenews : mauvaise foi et instrumentalisation de l'ours

La mauvaise foi et l'instrumentalisation de l'ours par AriègenewsL'ours fait les gros titres d'Ariègenews, ce site d'information en ligne qui semble cadenassé par les idées du politicien qui tient le département de l'Ariège sous sa coupe.

«Des nouvelles de Balou…l’ours blessé par un chasseur dans une battue en Ariège» titre à la Une Ariègenews. Hier, toujours à la une, on avait droit à «Ariège, un chasseur tire sur un ours». 2 articles qui appartiennent à la rubrique "Faits divers" généralement placée dans les profondeurs d'un canard.

Le sous-titre d'aujourd'hui est exemplaire de mauvaise foi intéressée : «Alors que depuis dimanche matin la presse nationale semble découvrir le département de l’Ariège à travers un fait divers certes malheureux mais somme toute mineur… qu’en est-il de la santé du plantigrade ?»

Si ce "fait divers", par définition peu important, est «certes malheureux mais somme toute mineur» , pourquoi est-ce que Ariègenews en fait sa "une" deux jours de suite ? Remarquez qu'ils cherchent à diminuer l'importance de l'évènement "le tir d'un ours", car tirer un ours, c'est sans importance, c'est «mineur», mais bien sûr, Ariègenews se doit de garder l'ours à la une, pour vendre pardi. C'est que l'ours rapporte à la presse régionale avide de sensationnel. Elle n’est pas belle l'instrumentation du plantigrade ?

«C’est grâce à sa puce électromagnétique que l’équipe technique arrive à connaître de manière plus ou moins précise, ses déplacements.» Je suis ravi qu'Ariègenews confirme que les techniques de suivi de l'ETO ne marchent pas si mal en fin de compte. C'est exactement l'inverse de ce que déclarent les présidents, vice-présidents, secrétaires et autres membres des associations ultrapastorales interrogés complaisamment par ce même journal en ligne, lors de chaque attaque de brebis ou lors de chaque communiqué de l'ASPAP.

«Après avoir surgi en pleine battue au sanglier, le président de l’ACCA de Prades a tiré sur Balou par accident». Quelle idée aussi de surgir comme cela en pleine battue au sanglier. Ce Balou ne serait-il pas suicidaire, imbécile pour le moins ? L'ours n'a pas commis une erreur, mais une faute ! C'est lui le responsable de ce qui lui arrive.

La faute du chasseur, elle, est passée au bleu par Ariègenews. Il est sans doute anodin de lâcher son coup de fusil (une balle, pas des plombs) à l’instinct, sans avoir identifié si on tirait sur un sanglier, un ours, un promeneur ou sur le président du conseil général à la cueillette de champignons ! (Ah non, pas lui, là Romuald, tu y vas fort quand même). C'est pourtant ce qui est arrivé à ce jeune homme qui pleure son père -lisez les articles récents, sur la droite -, tué par un coup de feu tiré «à l’instinct», exactement comme pour Balou. Silence de mort d’Ariègenews sur ce sujet politiquement incorrect en Ariège (Souvenons-nous d'Augustin Bonrepaux pris en flagrant déli de .. braconnage). Honte à ce journal.

«D’après les morceaux de tendons et d’os retrouvés par les vétérinaires sur place il serait touché à la patte.» Revenons au sensationnel ! Ariègenews étale une petite couche de drame bien sanglante pour satisfaire son lecteur cible.
«Certainement choqué et groggy», surprenant non pour un animal qui se prend un pruneau pour gros gibier ? «l’ours est passé de l’Ariège à l’Aude puis s’est immobilisé jusqu’au lendemain. L’équipe du suivi a pu s’approcher de lui à 1 ou 2 km sans toutefois le voir. Il se serait déplacé dans la journée dans un périmètre situé vers les Gorges de la Frau. Les vétérinaires de l’équipe du suivi privilégient un suivi par télémétrie pendant la nuit et selon l’état de la bête ils décideront comment opérer pour la soigner… » Une info quand même, celle annoncée par le futile «qu’en est-il de la santé du plantigrade ?», un peu comme si on "revenait à nos moutons".

Si «la presse nationale semble découvrir le département de l’Ariège à travers un fait divers», (C'est des nuls la presse nationale, eux chez Ariègenews, c'est des pros)c’est sans doute aussi la faute à la qualité de la presse ariégeoise. Messieurs d’Ariègenews, vous ne faites pas votre boulot d'information convenablement en ne donnant de l’actualité que le son de cloche qui va dans le sens demandé par ceux (celui) qui vous financent. La presse régionale ariégeoise passe pour une presse soumise et tenue par les parties sensibles. Le politicien ariégeois le plus connu passe pour un tiran qui gouverne son Etat dans l'Etat.

Une fois de plus un lamentable article, non signé , il vaut mieux, qui passe à côté de l’essentiel : le comportement irresponsable et dangereux d’un chasseur.

Ariègenews ou Arrièrenews ? Il va sans dire que tous les e-mails que j’ai envoyé à la direction du journal et que tous les commentaires laissés à la suite d’articles de ce genre n’ont jamais été publiés. Celui-ci, que j'envoie à Philippe Bardou, Directeur de la publication et à Laurence Cabrol de l'équipe rédactionnelle pour publication dans la rubrique «tribune libre» subira sans doute le même sort. Si on n'est pas un opposant ferme à l'ours, en Ariège, il faut se taire.

Source : Ariègenews

Baudouin de Menten

Lisez plutôt cet article bien mieux ficelé, de Dominique Delpiroux dans La Dépêche du Midi, pour une fois complet et journalistiquement plus objectif.

Commentaires