Tir de l'ours Balou en Ariège : réaction de Jean Lauzet de la SEPANSO Béarn

Je suis abasourdi par la nouvelle et les conditions de ce tir. Pourtant, je sais qu'il ne s'agit pas d'un accident ou d'une fatalité,  mais d'un événement tout à fait prévisible et qui se réitèrera tant  qu'il restera un ours dans nos montagnes.

Je ne peux laisser dire que le problème de la restauration de la population d'ours consiste à remplacer les ours morts. On ne gère pas l'ours comme du faisan de tir. Ne nous cachons pas les yeux. L'habitat de l'ours est très détèrioré. Sa restauration doit aller de pair avec celle de la population d'ours. Cela signifie qu'il faut conditionner toute nouvelle réintroduction avec la mise en place d'une protection territoriale.

Nous (SEPANSO-Béarn et FIEP) avons déjà obtenu dans l'arrêté préfectoral concernant la chasse pour la saison 2008-2009 des mesures intéressantes qu'il conviendrait d'élargir à l'ensemble des Pyrénées. Voila un combat que les associations de protection de la nature concernées devraient mener. Il est tant de faire fi de la doctrine selon laquelle la chasse ne doit pas être règlementée !

Jean Lauzet

NDLB : Stéphan Carbonnaux citait Jean Lauzet dans son "Rapport historique et prospectif sur la protection de l'ours dans les Pyrénées." Extrait de la partie "Chasse et ours : aujourd'hui" :

(...) Voici ce que Jean Lauzet, naturaliste, très bon connaisseur de l'ours des Pyrénées, et représentant de la SEPANSO-Béarn, écrivait après une réunion à la sous-préfecture d'Oloron concernant la prise en compte de l'ours lors de la saison de chasse, 2006-2007, dans les Pyrénées-Atlantiques :

«Depuis l'an passé, en effet, le préfet a tenté de mettre en place des mesures pour éviter de nouveaux "accidents". En cours de saison de chasse 2005-2006 (en novembre) il avait ainsi été décidé que les chasseurs téléphonent à l'ONCFS 72 heures avant la tenue d'une battue dans certaines zones.

La SEPANSO-Béarn avait estimé à l'époque que cela était complètement insuffisant puisque rien n'interdisait les chasseurs de chasser même si un ours était repéré dans les zones en question, que la superficie concernée était ridicule et que de véritables mesures cynégétiques auraient été de supprimer la chasse en battue au profit de la chasse à l'affût. Nous avions donc dénoncé au TA l'arrêté préfectoral.

Ce printemps, un bilan a été tiré de l'expérience et l'on s'est aperçu que les chasseurs avaient fait en réalité ce qu'ils avaient voulu. Trois réunions ont eu lieu ensuite pour adapter les mesures à la nouvelle saison de chasse 2006-2007. Il a seulement été décidé d'appliquer ce dispositif à partir du 1er septembre. C'est à dire que certains secteurs sont concernés du 1er sept au 30 octobre, d'autre du 1er octobre au 1er novembre....pour coller au plus prêt (belle foutaise!!) à l'activité (supposée!!!) de l'ours. Hé bien, hier soir, les représentants des chasseurs sont venus expliquer que les valléens refusaient de voir ainsi évoluer la "règlementation" (je rappelle qu'il n'y a rien de contraignant) !! Je pourrais parler des heures de tout ce qui s'est dit d'ubuesque et d'écoeurant lors de cette réunion. (…) Ou dois-je me réjouir que plus de 70% des Pyrénéens sont favorables à l'ours en attendant le prochain tir malencontreux ? »

NDLB : Le prochain tir malencontreux à eu lieu hier. A quand le prochain tir malencontreux ? 

Commentaires