Encore un ours tiré. CA SUFFIT, réaction de Philippe Charlier

Ce dimanche 7 septembre 2008, en fin d’après-midi, un contact ariégeois m’informe qu’un ours a été tiré le matin à Prades (Haute-Ariège) lors d’une battue au sanglier. D’après cette personne, «l’ours tiré serait bien Balou et sa localisation sur le secteur de Prades était connue de tous. Les chasseurs du secteur sont farouchement anti-ours.»

Comme par hasard, il a été tiré le premier jour de l’ouverture de la chasse en battue et selon les dires du chasseur, par un «tir d’instinct» (sic). Porter plainte ne suffit pas, la relaxe du chasseur qui a tué en «état de nécessité» l’ourse Cannelle, la dernière femelle de la souche pyrénéenne, lors d’une battue au sanglier à Urdos (Haut-Béarn), le 1er novembre 2004, est là pour nous le rappeler. Déjà, un jeune chasseur qui avait abattu l’ourse Mellba, lors d’une battue au chevreuil à Bézins-Garraux (Haut-Comminges), en septembre 1997, a bénéficié d’un non-lieu.

Sans suspension de la chasse en battue dans les secteurs de présence de l’ours et mise en place de réserves de chasse et de faune sauvage sur les sites vitaux, il ne reste plus qu’à brûler un cierge à chaque journée de chasse et à écouter avec anxiété les dépêches… Le décompte des ours peut se poursuivre en toute impunité, à quand le prochain… CA SUFFIT.

Je fais partie de ceux qui réclament une réglementation de la pratique de la chasse sur les sites vitaux de l’ours et les zones de présence de femelles suitées en particulier. Comme par hasard, les trois ourses suitées observées versant espagnol ces deux dernières années sont localisées dans des réserves nationales de chasse ou à proximité.

Il s’avère désormais indispensable que les associations de protection de la nature agréées exigent auprès des préfets de l’ensemble du massif pyrénéen la mise en place de mesures de protection immédiate et de zones de tranquillité afin d’éviter tout éventuel dérangement de cette espèce protégée et de prévenir toute nouvelle destruction. Il en va du maintien d’une population d’ours viable dans les Pyrénées. La SEPANSO-Béarn et le FIEP viennent d’obtenir une prise en compte de mesures en faveur de l’ours pour la saison de chasse 2008-2009 pour les Pyrénées-Atlantiques.

Aux dernières nouvelles, l’ours, blessé par le tir du nemrod «maladroit», a été localisé par l’équipe technique de suivi grâce à son émetteur intra-abdominal sur le territoire d’une commune voisine.

Philippe CHARLIER

Commentaires