Chiens errants : 24 brebis dévorées à Portet d'Aspet

«Mon troupeau a déjà été victime des chiens errants. Mais, à chaque fois, cela se passait à l'extérieur. C'est la première fois qu'ils pénètrent dans la bergerie. Ce sont des chiens qui divaguent. Je sais à qui ils appartiennent. Mais ce n'est pas simple de le prouver. Il faudrait se trouver sur les lieux au moment de l'attaque.»

Richard Dupuy habite Portet-d'Aspet. Éleveur, lundi, comme tous les jours, il est allé soigner ses bêtes. Depuis qu'il fait mauvais, les brebis ont été rentrées dans la bergerie. C'est là qu'il a découvert le carnage : vingt-quatre bêtes égorgées ou blessées. «Il avait neigé. Aussi, en approchant de la bergerie je n'ai pas vu de traces. Les brebis étaient coincées dans les barrières. Celles qui n'étaient pas mortes avaient des morsures à la cuisse ou au cou. J'ai dû appeler le vétérinaire pour les faire euthanasier.»

Les gendarmes d'Aspet se sont rendus sur place et n'ont pu que constater les dégâts. L'éleveur a déposé plainte. L'ours n'est pour rien dans cette attaque. L'ursidé hiberne. Ce sont les chiens errants qui sont à l'origine de cette attaque.

«Cela ne peut plus durer»

Le problème lié aux chiens errants inquiète plus d'un maire. «C'est à nous qu'il appartient d'assurer la sécurité et la salubrité publique », explique un élu. Il souhaite rester anonyme mais poursuit : « Les chiens errants tendent à devenir un vrai problème. Nous sommes seuls dans nos villages et un peu démunis. Je crois que la solution passe par une organisation au niveau du territoire. Pourquoi ne pas envisager de mettre en place une cellule qui aurait en charge de ramasser ces chiens errants et de les mettre en fourrière chose que nous n'avons pas les moyens de faire. Les dégâts occasionnés par ces chiens errants se multiplient. Cela ne peut plus durer ».

Source : Jean-Jacques Dard - DDM

 

Commentaires