Nuisible

La notion d'animal nuisible, officiellement employée par l'État français, encourage les amateurs à éradiquer des espèces animales indigènes. L'usage intransitif du verbe nuire surprend, car on ne peut nuire qu'à certains intérêts particuliers (ce qui nuit à l'un pouvant profiter à l'autre), outre qu'il est étonnant de croire que la nature aurait créé des êtres dont la seule vocation soit de nuire dans l'absolu, comme de purs démons. Le prédateur qui limite les populations d'herbivores est utile aux sylviculteurs mais nuisible aux éleveurs. II sera donc déclaré nuisible à tous si le lobby des éleveurs l'emporte sur celui des sylviculteurs.

À ce compte-là, toute la faune sauvage du monde peut être déclarée nuisible sans aucune exception; il suffit de trouver à quoi ou à qui elle nuit, étant entendu qu'il est à peu près impossible de vivre sans nuire à quiconque. Ainsi, chez nous, le renard est nuisible aux éleveurs de volailles parce qu'il entre dans les poulaillers, la fouine aux particuliers parce qu'elle aime faire des trous dans la laine de verre du grenier, les corbeaux parce qu'ils croassent, les hirondelles parce qu'elles font leurs déjections sur les murs, le sanglier parce qu'il fouit, les ragondins, les marmottes ou les taupes parce qu'ils creusent des trous, des galeries ou des terriers, les lapins parce qu'ils mangent des carottes, le héron ou le cormoran des poissons, la pie des œufs, le pigeon des pois, le loup des moutons, l'ours du miel, le chevreuil de l'écorce, le flamant rose du riz, les étourneaux des cerises...

La liste des nuisances possibles étant à peu près infinie, on l'abrégera un peu en constatant que seul le maïs, le pétrole ou les pavillons en béton modulaire (soit, pour résumer encore: l'argent) semblent avoir quelque utilité aux yeux de l'espèce humaine. Les animaux domestiques, malgré les pollutions qu'ils occasionnent, ne sont jamais déclarés nuisibles.

Le classement nuisible est commode. Des espèces protégées (rapaces, cormorans, hérons...) peuvent se voir du jour au lendemain classées nuisibles pour permettre aux braconniers de les tirer sans encombre. Il y a dans ce pays une utilité publique (autoroutes, voies de chemin de fer, habitations, carrières, barrages...) qui peut entrainer expropriation et déplacement, tout le reste est nuisible. On affirmerait facilement que seuls les imbéciles sont vraiment nuisibles, mais n'est-on pas toujours l'imbécile d'un autre?

Armand Farrachi

Source : Armand Farrachi : Petit lexique d’optimisme officiel

Commentaires