Brebis foudroyées en France

Toutes les brebis foudroyées durant un orage en France

La foudre est un phénomène courant en montagne. Chaque année, plusieurs centaines de brebis sont foudroyées. Les prédateurs ne représentant qu'une petite partie des pertes dans les troupeaux ovins.

Effet de la foudre sur les êtres vivants
 
Chez les animaux, c'est le bétail qui souffre le plus de la foudre. Chaque année, des centaines de vaches et de moutons sont tués. L'électrocution massive du bétail s'explique par un phénomène appelé tension de pas : lorsqu'un coup de foudre se produit en terrain résistant (calcaire, granite, basalte), une onde de courant se propage sur la surface du sol sur une certaine distance. Si des animaux se trouvent à proximité du point d'impact, ils établissent des différences de potentiel car les pattes de l'animal sont écartées. Il s'ensuit un passage de courant d'une patte à l'autre. Le cœur se trouvant sur son chemin,
l'animal est alors tué. On appelle ce type de foudroiement "foudroiement par tension de pas". Dans certains cas, les bêtes foudroyées peuvent être projetées en l'air, ce qui explique les étranges positions dans lesquelles on les retrouve.
 
Chez l'homme, le foudroiement par tension de pas n'est pas toujours fatal, le courant passant par les jambes et le bassin. Certains organes subissent parfois de graves traumatismes du aux courants : dilatation des vaisseaux sanguins qui peuvent créer des hémorragies interne, disfonctionnement de l’organe en lui-même.

Dans le cas d'un coup de foudre, le courant se propage autour du point d'impact. Si une personne se trouve sur son passage, les jambes écartées, il se crée une différence de potentiel d'un pied à l'autre, et donc un mouvement du courant de la jambe au potentiel le plus élevé vers la jambe au potentiel le plus faible : c'est le foudroiement par tension de pas.

Quelques exemples afin de comparer les chiffres. Merci de me communiquer vos articles de presse (date, lien, lieu...) à contact at buvettedesalpages point be

2010

  • Gray: la crue décime un troupeau : La crue de la Saône a décimé la vingtaine de moutons de Robert Contet, installé dans le quartier des Perrières à Gray. Un crève-cœur pour l’octogénaire à l’approche de Noël. (ici)

 

2009

  • 16/06/09 - Pic de Séron (Ariège) : Plus de 132 brebis foudroyées. Aux alentours de minuit,la foudre allait tuer une centaine de brebis sur le pic de Séron (2300m) surplombant l'étang d'Aubé, dans les montagnes de Gérac.Un cheptel appartenant aux éleveurs d'Ustou, parmi lesquels les familles Estèbe, Denamiel et Commenge n'ont pas été épargnées. "Le vétérinaire est venu et il a confirmé que c’était la foudre ", assure Danielle Estebe. Les éleveurs pour l’instant attendent la réponse de leurs assurances.
  • 09/02/2009 - Campan - Un charnier sans foudre, étrange, non? Un charnier de brebis dans le ravin : des cadavres de brebis retrouvés près de la route. Nous sommes sur la route de Gripp, en direction de La Mongie. Là, au fond d'un ravin, plus d'une dizaine de brebis jonche le sol sur une distance de 50 m. Pour certaines, ne subsistent que les ossements mis à nu, mais d'autres carcasses sont encore entières avec leur peau sur le dos. On ne repère aucunes traces de prédateurs qui les auraient attaquées. Sans compter que les brebis, par ces temps de neige, sont rarement en balade champêtre… Vu les traces laissées dans la neige, au bord de la route jusqu'au ravin, les brebis ont glissé le long de la paroi, pas forcément de leur vivant. Un Campanois qui séjourne sur le Peyras précise : «Il y a quelques années, il y avait un charnier sauvage de brebis, de vaches. Les bêtes mortes étaient déposées sur les hauteurs du Peyras. Aujourd'hui, il n'y est plus ». La gendarmerie a ouvert une enquête pour retrouver le propriétaire des animaux.
    "Elles avaient les oreilles coupées": 
Marcel Lemoine, retraité campanois, a découvert le charnier et alerté les gendarmes.«Je me promenais avec des amis lorsque nous avons vu une carcasse de brebis, puis deux, puis trois et ainsi de suite, tout le long de ce chemin. Pour certaines, ils ne restaient que les os mais pour d'autres, on aurait dit qu'il n'y avait pas longtemps qu'elles séjournaient dans la neige. Ce que j'ai remarqué, c'est que les oreilles avaient été coupées, elles ne portaient pas non plus des traces de peinture pouvant les identifier. J'ai alerté tout de suite la gendarmerie et la mairie pour signaler l'endroit de ma macabre découverte. Les prédateurs et les chiens errants en ont fait leur festin. Mais je ne trouve pas normal que les bêtes soient laissées dans la nature, n'importe où. »

2007

  • 08/07/2007 : 115 brebis foudroyées dans le Dévoluy -  Pendant les violents orages survenus dans la nuit du dimanche 8 juillet, la foudre a tué 115 brebis rassemblées à Tête de Saint-Gicons. Le troupeau appartenait à Christian Sarrazin, Michel Sarrazin et Lionel Marin. Les brebis foudroyées ont été héliportées avant d’être enlevées par un camion d’équarrissage. Grand sentiment de découragement pour les éleveurs.  
  • Le 19 Juillet 2007, 400 brebis décrochent à Montsapey, en Savoie. Des loups sont présents dans les environs. Les indemnités (96.000 euros) sont versées au bénéfice du doute ("loup non-exclu"). L'enquête scientifique prouvera qu'une bagarre entre patous est à l'origine du mouvement de panique des brebis. (Terre sauvage)

2006

  • 23 juin 2006 : 5 moutons et 2 vaches ont été foudroyés aux Especieres (Gavarnie)
  • 27 juin 2006 : Une vingtaine de chevaux d'un éleveur de Lourdios ont été foudroyés en vallée d'Aspe.
  • 01 juillet 2006 : Canyon d'Arrazas (Aragon, versant sud de gavarnie), 150 moutons foudroyés dans leur enclos.
  • 08/08/2006 -332 brebis foudroyées samedi dans la vallée de l’Ubaye (Alpes du sud). C'est le bilan définitif des victimes touchées par la foudre. Les bêtes évoluaient dans un alpage du col de Restefonds/La Bonnette à proximité du lac des Eissaupres. Les brebis portaient des agneaux qui devaient naître en septembre. Les animaux faisaient toutes partie du troupeau communal de Jausiers qui comptait près de 1500 bêtes. Les carcasses ont été récupérées lundi par les éleveurs et des agents du parc du Mercantour, puis déposées dans des camions d’équarissage.

2005

  • 65 agneaux ont chuté lundi 4 juillet 2005 au soir, dans une barre rocheuse du massif du pic d'Ossau. 48 d'entre-eux ont péri, deux ont été euthanasiés dans la journée et "les 15 autres bêtes sont actuellement descendues par hélitreuillage". Seules 65 bêtes, principalement des agnelles, sur les 248 que comptait le troupeau, se sont précipitées dans la barre rocheuse de l'estive de l'Aule située sur la commune de Laruns (Pyrénées-Atlantiques). les agents du parc National et de l'ONCFS n'ont trouvé aucun indice d'ours sur le site et rien ne permet d'attribuer à l'ours cet accident. La Sous-Préfecture d'Oloron a fait ce jour un communiqué en ce sens. (Sud-Ouest du 07/07/2005)
Commentaires