U8SLO16 et S1SLO5 deux nouveaux ours dans les Pyrénées

Premières analyses génétiques OURS 2009 : L'ours U8SLO16 est un mâle et l'ourse S1SLO5 une femelle, quelle poésie...

Résultats des analyses génétiques ours - 1ère session 2009

Un nouvel individu identifié et une fille de Caramelles toujours présente

Le Laboratoire d’Ecologie Alpine vient de nous envoyer le résultat des analyses génétiques effectuées sur les échantillons prélevés avant le 06 septembre 2009. Il est important de souligner que nous avons bénéficié une nouvelle fois d’un nombre important d’échantillons de nos collègues espagnols du Val d’Aran, en Catalogne. Ainsi, ce sont 27 prélèvements supplémentaires qui élargissent le champ d’action de ces analyses.

Sur les 84 échantillons envoyés :

  • 10 n’avaient pas d’ADN amplifiable 
  • 74 étaient exploitables, dont 42 ont donné une précision à l’individu.
  • 12 animaux différents ont été identifiés, dont 2 équipés d’un émetteur,
  • U8SLO16 : un nouvel individu mâle sur le Vicdessos et
  • S1SLO5 : une femelle issue de Caramelles, repérée une première fois en 2003 et probablement née en 2002.

Noyau Occidental

Les échantillons du noyau occidental ont permis d’identifier 3 ours mâles :

  • Cannellito avec certitude sur la commune de Laruns (64) au mois de juin et Estaing (65) au mois d’août.
  • Néré avec certitude à Laruns (64) en juin et juillet mais aussi en Aragon.
  • Aspe-Ouest à partir de poils ramassés en Aragon.

De l’ADN de souche pyrénéenne a été relevé sur St Engrâce (64) en juin et août, ainsi qu’à Urdos et Laruns (64) en juin, mais sans pouvoir préciser l’individu. Rappelons que Aspe-Ouest et Cannellito sont tous deux identifiés de souche pyrénéenne à travers ces analyses, même si Cannellito est hybride avec un père slovène (Néré) et une mère pyrénéenne (Cannelle). (NDLB : Alors que certains opposants continuent à croire et à affirmer que Cannellito est une femelle...)

On retrouve également de l’ADN de souche slovène sur Urdos et Etsaut (64) au cours de l’été, il s’agit très vraisemblablement de Néré.

Noyau Central

Les échantillons du noyau central ont permis d’identifier 6 individus dont 5 femelles :

  • Caramelles est individualisée à 4 reprises sur Seix et Couflens (09) en avril, juin et juillet. 
  • S1SLO5 est une femelle, fille de Caramelles et Pyros, identifiée en 2003 et probablement née en 2002. Elle est détectée à 3 reprises sur Couflens, pendant l’hiver, ainsi qu’en juin et août.
  • Pollen est identifiée 11 fois entre Portet, Canejan, Les (Val d’Aran) et Saint-Lary, Antras (09), Melles (31) tout au long de l’année. 
  • Bambou est aussi repérée 11 fois exclusivement dans le Val d’Aran, sur les communes d’Arros, Arres, Canejan, Portet et Alt Aneu en juin et juillet. 
  • Hvala est génotypée 1 fois sur Sentein (09) en juillet.  
  • Pyros est détecté une fois sur Canejan en juillet.

D’autres prélèvements ont mis en évidence de l’ADN d’ours slovène sur Portet, Canejan, Alt Aneu, Arres et Arros (Val d’Aran), Antras, Couflens, Sentein et Saint-Lary (09) tout au long de l’année, mais leur qualité n’a pas permis de déterminer les individus.

Noyau Oriental

Les échantillons du noyau oriental ont permis d’identifier 3 individus mâles :

  • Boutxy grâce à une crotte ramassée sur Siguer (09) au mois de mai.
  • Balou est identifié à Orlu (09) grâce à des poils au mois de mars.
  • U8SLO16 est un nouvel individu mâle individualisé en septembre sur la commune d’Auzat (09), dans le Vicdessos. Il s’agit très probablement de l’animal repéré par des présences simultanées sur la l’Est de l’Ariège depuis 2005, mais jamais génotypé précédemment.

D’autres prélèvements ont mis en évidence de l’ADN d’ours slovène sur Ascou (09) en avril, mais leur qualité n’a pas permis de déterminer les individus.

L’ensemble de ces données confirme les présences détectées les années précédentes. Le génotypage de l’individu présent sur le Vicdessos et la certitude de la survie d’une fille de Caramelles sont des résultats très importants pour la connaissance de la population d’ours bruns sur les Pyrénées. Notons toutefois
qu’aucun échantillon n’a permis de sexer les oursons nés en 2009 de la femelle Hvala (Néou et Noisette).

La génétique est le principal outil qui contribue à déterminer l’effectif minimum de la population ursine sur la chaîne pyrénéenne. Néanmoins, il est couplé à l’analyse des tailles d’empreintes, aux photos prises par déclenchement automatique et aux présences simultanées pour déterminer un effectif minimum sur le massif.

Ces résultats seront communiqués via le prochain rapport sur le suivi de l’espèce pour l’année 2009, publié au printemps 2010.

Source

Commentaires