Jean Lassalle à La Ciotat

Les opposants à l’entrée de La Ciotat dans le projet de Parc National des Calanques, dont le but est de protéger les fragiles falaises se sont regroupés sous le nom de "Comité Ecologique et de Sauvegarde de La Ciotat".

Cela ne vous rappelle rien? Moi, je pense immédiatement à l’association ASPP65, association pastorale anti-environnementale qui avait essayé de siéger au Parc National des Pyrénées en tant qu’association “écologiste”, histoire de noyauter l’assemblée et de ne pas se faire passer pour ce qu’elle était : une association de défense des intérêts pastoraux (Lire à ce sujet : «Marie-Lise Broueilh: la jument de Troie pastorale»)

La ressemblance avec le Parc National des Pyrénées ne s’arrête pas là, puisqu’on y retrouve aussi l’inévitable Jean Lassalle en militant anti-nature, venu exporter ses méthodes “patrimoniales” et "ipéhachebesque" au pays de la bouillabaisse.  Sur  le site “La Ciotat Coeur de Parc”, un certain “Faucon Crécerelle” s’est fendu d’un long article pour faire découvrir au public marseillais les habitudes et qualités d'un vrai cette fois, le député-chanteur béarnais.

La récupération de l’écologie et le greenwashing sont dans l’air du temps!  Les opposants ciotadens au parc se sont donc réunis le lundi 19 avril dernier sous la bannière de Béatrice de Crozet et de son “Comité écologique” pour écouter Jean Lassalle: spécialiste bien connu de l’écologie, de la sauvegarde des espèces en danger, de la protection des vallées et de l’utilisation parcimonieuse des deniers publics... et j’en passe.

Je vous invite donc à la lecture de cette Tribune qui pourrait s'appeler "Les aventures de Jean Lassalle à La Ciotat". Et quand on parle de Lassalle, impossible de ne pas parler de l'ours, de la vallée d'Aspe, de Toyal...

Commentaires