Chandelours

Fêtons la Chandelours le 2 février 
 
Le carnaval des Ours à Andenne
Le carnaval des ours à Andenne (Wallonie, Belgique)

Pendant des siècles, chaque 2 ou 3 février, les populations de l’Europe tempérée fêtaient l’ours et la sortie de sa tanière. Cette fête souvent appelée Chandelours dans les campagnes de France a subsisté au moins jusqu’au XVIIIe siècle, c’est-à-dire hier.
 
Le 2 février 2010, certains d’entre nous ont fêté, lors d’un repas de crêpes, la Chandeleur et la Chandelours avec cette volonté simple de renouer les fils de notre plus vieille histoire et de célébrer l’ours, roi des forêts.
 
Cette année nous fêterons de nouveau la Chandelours et l’étendrons symboliquement au retour de la grande nature sauvage de notre continent : l’Eurasie.  Nous savons en effet que la nature sauvage ne peut s’exprimer avec toute sa force qu’à l’échelle continentale. Se résigner à ne la voir réservée qu’à de petits espaces isolés les uns des autres, c’est n’en faire qu’un élément de décor comme un bel édifice dans une ville enlaidie.
 
Nous fêterons aussi la Chandelours car nous sentons que l’existence d’une vaste nature couronnée par de grands animaux est un enrichissement culturel, spirituel et matériel dont les effets sont encore inimaginables pour la plupart d’entre nous, faute de vivre en biodiversité totale.
 
Nous fêterons enfin la Chandelours avec une pensée émue pour nos frères humains et animaux de l’Atlantique à la mer du Japon qui se battent pour une existence décente en ce début de XXIe siècle. Nous pensons notamment aux lynx ibériques, parmi les félins les plus menacés au monde, aux tigres de l’extrême orient russe, ultime souche des tigres euro-sibériens, aux léopards, aux panthères des neiges, aux lions d’Asie, aux loups, aux ours, aux bisons, aux élans, aux chevaux primitifs, et à toutes les personnes qui œuvrent au réensauvagement, source infinie de liberté pour les hommes et les animaux.
 
Dans nos maisons ou les lieux publics, au cœur de la nature, fêtons la Chandelours !

Stephan Carbonnaux et plusieurs autres signataires
 

 
   

Commentaires