Laruns : la manifestation anti ours est un flop

Mobilisation générale !

Les opposants à la réintroduction d'ours se sont rassemblés hier. C’était la mobilisation générale dans toutes les Pyrénées à l'appel de

  • la Fédération des Syndicats des exploitants agricoles du canton de Laruns, 
  • des Jeunes agriculteurs du canton de Laruns,
  • du GIC montagne (regroupant les chasseurs de 44 communes de montagne)
  • du Comité de défense contre la réintroduction d'ours (Aspe, Ossau, Barétous).

La manifestation était soutenue par les élus de "70% des communes concernées en Béarn avaient voté des résolutions contre la réintroduction" et par l’ADDIP (Association pour le Développement Durable de l'Identité des Pyrénées) qui fédère l’Association pour la sauvegarde du patrimoine pyrénéen, la Fédération transpyrénéenne des éleveurs de l’Ariège, l’Association pour la sauvegarde du patrimoine d’Ariège-Pyrénées, l’association de défense de l’identité pyrénéenne. Jean Lassalle, président de l'IPHB qui avait voté "à l'unanimité" une motion pleine de "considérant que" avait annonçé qu'il serait là.

Louis Dollo, qui avait multiplié les appels à manifester sur Kairn, Facebook et dans la presse locale   disait : “Des délégations viendront de chaque vallée, d’un bout à l’autre de la  chaîne”. Des articles soi-disant journalistiques appelaient à manifester « Parce que nous, transhumants, chasseurs, élus, citoyens, sommes concernés, nous vous invitons à y participer. Pour cela, si vous le souhaitez, un départ groupé aura lieu à 12h30 à partir du pont bascule d'Asson ».
 
« Il nous est précisé qu'il ne s'agit pas d'une manifestation mais « d'un rassemblement auquel tout le monde est invité ». Viendez, viendez !

«Des délégations de toutes les associations de l'ADDIP – Coordination pyrénéenne, de chaque département des Pyrénées doivent s'y rendre. Nous apprenons également que le député du Béarn et de la Soule, Jean Lassalle, sera présent « aux côtés des éleveurs, chasseurs et acteurs des vallées pyrénéennes »

Patrick Pujalet l’avait annoncé : « Il faut que ça se sache. Il n’y a pas que les éleveurs et les chasseurs à ne pas vouloir de l’ours. On veut montrer que l’ensemble des valléens, élus et acteurs de la montagne, est opposé à cette réintroduction »

La toute grande manifestation

On s’attendait donc à la toute grande manifestation !  Eleveurs, chasseurs, élus locaux, habitants… Le maire de Laruns avait pris toutes les mesures pour assurer la sécurité publique. Au vu de l’historique des manifestations, c’était plus prudent.

Et puis flop !

Laruns : la manifestation anti ours est un flop
Résultat ? D’après le journal Sud-ouest "Environ 200 personnes se sont rassemblées samedi à Laruns". Le 18 janvier à Argeles-Gazost, ils étaient encore moins nombreux. Pour France 3 : "En béarn, les anti ours n'ont pas attiré la grande foule aujourd'hui pour leur rassemblement à Laruns. Quelque 150 personnes se sont réunies pour dénoncer la prochaine introduction d'une femmelle dans les Pyrénées."

200 personnes, ça fait pas lourd” commentait un lecteur.  Un autre enchaine “Mais c'est peut être que les béarnais sont intelligents et qu'ils savent que l'ours n ' est en rien responsable des difficultés de certains éleveurs ( certains , car il y en a quelques uns qui vivent trés trés bien du côté de Laruns); Pourquoi ? : nombre de brebis l'été dans les pyrénées : 600 000 ; 15 000 meurent dont 160 à cause de l'ours (soit 1 % des pertes ou o,o3 % des brebis présentes).

On sentait de l'amertume dans les propos des anti-ours : « Si nos vallées sont restées vivantes, c'est grâce à nous. Car nous en avons toujours protégé la faune et la flore» avance Patrick Pujadet, le président de la FDSEA sur le canton de Laruns. « L'habitat ne peut plus être partagé » ajoute Robert Casadebaig, le maire de Laruns, « Quand on regarde la qualité de nos estives et celle de nos produits, on ne peut que mesurer l'importance du maintien de nos populations sur territoires. » « Derrière tout cela, ce que l'on combat, c'est l'idée de l'ensauvagement et de la réquisition de nos territoires » a conclu Marie-Lise Broeuilh, la présidente de l'association de sauvegarde du patrimoine pyrénéen 65.

Ce n'était qu'un rassemblement !

Après ce nouveau flop, les propos changent.  Louis Dollo joue profil bas, change la liste des organisateurs et rajoute 50% au nombre des manifestants. “Quelques 250 à 300 personnes du canton se sont réunies vers 14h ce samedi sur la place de l'ancienne gare à Laruns en vallée d'Ossau dans les Pyrénées-Atlantiques.

"Ni banderoles ni cadavre de brebis dans les rues." Et pas un chat, sauf Jean Lassalle. Comme d’hab.
C’est le “front du refus” ! Toujours de belles formules. La porte est grande ouverte pour l'arrivée de l'ours en Béarn !

Commentaires