Tintin et les piqueuros (2) : Ce n’est qu’un début

Le tribunal administratif de Toulouse n’a donc pas permis à Michel Naudy, et c’est grand dommage, de se substituer à la Communauté des Communes des Vallées d’Ax dans l’affaire de prise illégale d’intérêt et de favoritisme qu’il a soulevée au début de février contre le maire d’Ax-les-Thermes et le bureau communautaire.

On se souvient que Michel Naudy a révélé à cette occasion que le maire d’Ax n’était autre que le directeur général de l’entreprise CRP Consulting et que premier avait voté des subventions au second... Pierre Peyronne maire faisant les affaires de Pierre Peyronne entrepeneur, le tout sous le regard bienveillant des camarades socialistes et notamment celui d’Augustin Bonrepaux (Tintin pour les intimes) élu comme lui à la mairie d’Ax et membre tout comme l’autre du même bureau communautaire.

Il demeure et c’est bien là l’essentiel, que si le tribunal administratif a jugé qu’il n’y avait pas intérêt à poursuivre pour les collectivités concernées, il ne s’est absolument pas prononcé sur le fond de l’affaire ni sur les chances de succès d’une action pénale sur le fondement des délits soulevés. C’est ce qu’aurait dû considérer le Président socialiste du Conseil Général avant de crier victoire un peu vite dans la presse locale et de tenter de donner aux révélations les allures d’une opération politique unissant l’extrême gauche à la droite, « salissant la démocratie » pour attenter à « l’honneur des élus socialistes »... En foi de quoi le célèbre Tintin entend porter l’affaire jusqu’au Ministère de la Justice et mener sa contre-enquête. Pourquoi une telle vindicte ?

C’est que, sous les dehors de la sainte colère, notre Tintin est inquiet. Tout d’abord il sait que les documents existent qui prouvent que la prise illégale d’intérêt a été effective. Il sait aussi que pour couvrir l’opération, l’ouverture du marché à la concurrence a été fictif et que les entreprises
qui ont été consultées n’en ont gardé aucun souvenir. Il sait en outre que son bureau communautaire a été contraint d’annuler la délibération initiale frauduleuse sur les injonctions du Préfet qui le mettait en garde contre le risque d’une... prise illégale d’intérêt. Précisément. Il sait enfin que quelques mois plus tard, une délibération rectificative de ce marché suspect ne faisait que confirmer ce dernier.

Mais surtout Tintin ne parvient pas à admettre que le procureur de Foix ait décidé d’ouvrir une information judiciaire sur les motifs avancés par Naudy et sur bien d’autres encore. Une collusion de plus entre la droite et l’extrême gauche ? Vraiment ?

Plus sérieux pour finir : le dossier a quitté le tribunal de Foix pour rejoindre celui de Toulouse. Et si, une fois l’enquête préliminaire bouclée, un juge d’instruction était saisi dans la capitale régionale ? Voilà bien une perspective qui expliquerait assez l’état des nerfs des socialistes locaux.

Adèle Ferran

Les différents épisodes

  1. Tintin et les piqueuros
  2. Tintin et les piqueuros, ce n'est qu'un début 
  3. Tintin et les Piqueuros 3 : Nouveaux points, coups de poing
Commentaires