ASPAP : demain on rase gratis

En réponse au communiqué de l'ASPAP publié sur Ariègenews

"2010, l'année de la biodiversité, a été un commencement. Le temps de l'action est venu, le temps de la reconquête est venu"

C'est ce qu'a déclaré Nathalie Kosciusko-Morizet à l'occasion du lancement officiel de la stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020, hier, le 19 mai. "Il ne s'agit pas de préserver l'existant, on n'est pas seulement dans une stratégie défensive mais on veut reconquérir ce territoire", a-t-elle ajouté.

La ministre de l’Écologie a annoncé, dans le cadre d'engagements pour la période 2011-2013, une série d'appels à projets visant notamment à "restaurer les continuités écologiques" permettant le circulation et la dissémination des espèces.

Pour les "ensauvageurs", voilà de quoi lancer un projet pour construire des “passages à ours”, des passages cloutés pour la faune, histoire d’éviter la reproduction de ce qui est arrivé à Franska, les traqueurs aux fesses.

ASPAP demain on rase gratis
L'île de Pâques, l'avenir des Pyrénées.

Pour les pastorâleurs de l’ASPAP, voilà l’occasion de proposer un projet visant la circulation et la dissémination des espèces de brebis à petits effectifs dans toutes les Pyrénées. Eh oui, n'oubliez pas la biodiversité à visage humain! Il suffirait pour cela de raser toutes les forêts pour relier toutes les estives entre-elles :

  • La sauvegarde de la biodiversité à visage humain en serait grandement facilitée,
  • les ours seraient tous à découvert (sauf Balou, dans l'Aude),
  • l'Etat ferait des économies : l’ETO pourrait diminuer son personnel puisqu’avec une simple longue vue, tous les ours seraient observables.
  • les touristes venant goûter aux "traditions" grillées lors des transhumances ou des pastoralies retourneraient chez eux avec des images d'animaux de la ferme soigneusement tondus ET des images d’ours courant dans l'herbe plein les yeux.
  • Le tourisme ariégeois exploserait. Réconciliation générale ! Tout le monde sur les estives.
  • Les vœux du président de la république seraient exaucés : la filière bois serait complètement relancée et ne suivrait plus tellement les grûmes seraient nombreuses. L'exportation de boisprogresserait,
  • Jean Lassalle construirait une usine de pâte à papier en vallée d'aspe : des emplois et une réélection les doigts dans le nez !
  • il n’y aurait plus de dégâts d'ours puisque les nombreux bergers à embaucher pour parcourir ces collossaux nouveaux espaces "entretenus", les chiens et les brebis verraient les ours (et les loups) venir de loin,
  • pour éviter les avalanches, il suffira de tout faire brûler de temps à autres : un grand écobuage unique, quel spectacle ! Toutes les télés seront là.


Allez, grâce à l’ASPAP, demain, on rase gratis ! Nettoyez moi cette montagne : après les prédateurs, les vautours, demain, ce sera le tour des arbres. Un bon arbre est un arbre débité en planches. La montagne aux brebis (et aux chasseurs) ! Transformons les Pyrénées en île de Pâques ! Ah que je vais chanter “Que de l’herbe, que de l’herbe” dirait Johnny.

Le projet suivant de l'ASPAP ? Éliminer toutes ces pentes, on gagnerait un temps dingue pour circuler. Et cela fera des emplois de grutier et des tonnes de matériaux pour la construction; des prés salés à conquérir sur la mer des deux cotés de la chaine. C'est bon l'agneau des prés salés ! Yaka créer une AOC "Agneau des prés salés de Barèges-Gavarnie" !

L’ASPAP étant, je vous le rappelle, une association ayant pour objectif la sauvegarde du patrimoine. Quel patrimoine ? Le patrimoine financier des éleveurs bien évidement. Le reste, les bergers, garder les brebis, c'est des lubies d'écolobobos.

Lire aussi

Commentaires