AG de l'ASPAP : Le grand retour du complot de l'Etat !

Le Couserans ? Une pépinière à Ours !

Et voilà que cela recommence. La paranoïa collective des ultrapastoraux ne s'arrange pas. La peur du grand complot étatiquo-associativo-bobo-citadin revient avec l'allongement des jours.

Une pauvre victime pastorale du regroupement artificiel des ours en Couserans. Elle n'a rien vu venir !

 

Selon l'ASPAP, Association de Sauvegarde du Patrimoine Agro Pastoral, « l'Etat organise au mépris des habitants et des élus une véritable pépinière à ours. Captures, regroupement artificiel des ours du massif pyrénéen. Quelle place, quel avenir restera-t-il aux populations locales quand ces procédés de reproduction porteront le nombre d'ours de 20 à 30, 50 et plus en Couserans ? ». l'ASPAP, Association pour la Sauvegarde des Patous et Animaux sauvages Pyrénéens remet le couvert avant son AG, histoire de mobiliser la chorale, et invente une « dépossession de notre territoire, de notre économie, de notre culture et des libertés montagnardes ». Du pur Ipéhachebé! 

A la suite de la réunion du 26 juillet 2007 à Toulouse sur le Plan de restauration et de conservation de l'ours brun dans les Pyrénées françaises, la secrétaire d'Etat à l'écologie avait demandé à l'Inspection générale de l'environnement (IGE) une "expertise pour aboutir à une meilleure définition des territoires de présence des ours, au renforcement du suivi des populations d'ours, au partage des informations entre les parties prenantes et à la valorisation de la présence de l'espèce". On en voit le résultat "stratégique". Ces rapports trainent dans le fond d'un tiroir...

Faut-il rappeler que les rapports des inspecteurs du Ministère Denis LAURENS Denis et Georges RIBIERE ne comportainent que des recommandations et que pour la plupart, sinon toutes, elles n’ont pas été suivies. Ni lâcher, ni renforcement de l'ETO, ni rien du tout pour la protection des ours ou des habitats. Il n’y a aucune stratégie de la part de l’Etat autre que le pourissement du dossier pour cause de manque de courage politique. NKM se couche devant Sarkosy et pense à l'avenir de sa carrière. Elle avance lentement, génée par ses dents qui sont profondement enfoncées dans le parquet des salons de l'Elysée. La sécheresse en Béarn a bon dos. Les politiques de l'Etat ? Que pèsent le Grenelle de l'Environnement, l'année de la Biodiversité, l'année de la forêt, la stratégie nationale de la Biodiversité, les recommandations de l'UICN, les courriers européens devant l'opinion du petit chef candidat qui lui dit (après recommandations de la FNSEA et de CPNT), que "l'environnement, ça commence à bien faire".

Une grande partouze ursine ?

Tel un berger de retour de transhumance, l'Etat serait donc entrain de regrouper ses ours en Couserans pour organiser une grande partouze ursine, un cloaque copulatoire franco-slovène, une intégration forcée, des pénatrations voluptueuses, une chienlit cavernicole. L'Etat agirait (dans l'ombre) afin qu'ils pullulassent dans le Couseran ! Une stratégie sauvageresque d'anéantissement d'un pastoralisme florissant. Et vous allez voir, après les délires de Dollo sur les randonneurs associatifs tueurs de loup, (rien que pour emmerder le monde pastoral), cette nouvelle preuve de la paranoïa de l'ASPAP fera l'objet de communiqués de presse publiés rubis sur ongle par les canards locaux en manque de visiteurs comptabilisés dans les statistiques de Google Analytics.

Pour les lecteurs non membres de cette association de fumeur et d'exportateur d'herbes sèchées, je signale simplement que depuis mi 2009, le noyau oriental d'ours (enfin noyau..), celui qui ensauvageonne l'Ariège, ne comptait qu’un ours présent toute l’année, Balou, rescapé d'un tir d'instinct sans visibilité, et un second animal de manière épisodique. Il a suffit que Balou revienne, tout seul, pour que ce noyau perde 95 % de ses indices de présence. Balou représente le regroupement à lui tout seul. En manque de femelle, le voilà qui envisage de s'inscrire dans le nouveau club échangiste couseranais. On lui souhaite de fructueuses parties fines !

Mais pour Philippe Lacube, grand raconteur d'histoires devant l'éternel (surtout avant une AG de l'ASPAP), il s'agit d'une "stratégie" de l'Etat, des bons à rien de l'ETO et de ces mal formés du réseau ours. Une seule journée, vous pensez !

La tête de l'Etat serait donc capable de stratégie dans le dossier ours. L'Etat jouerait finement ? C'est vrai qu'avec la répétition de la justification par NKM du non lâcher d'une ourse de remplacement en pleine "stratégie nationale pour la Biodiversité" pour cause de sécheresse en Béarn, (pour ceux qui auraient zappé cet épisode), l'Etat démontre ses compétences environnementales et stratégiques. Ils continuent "à bien faire".

Il n’y a aucune stratégie de la part de l’Etat et surtout aucune intervention humaine. La nature sait aussi se débrouiller seule. En fait, c'est Balou qui décide. La nature sait se débrouiller toute seule...

Mais, tant qu'on y est à inventer des sornettes et des grands complots : Balou ne serait-il pas mort ? Remplacé par un membre de l'ETO, un jeune célibataire sans doute, déguisé en ours, obligé, moyennant une substantielle augmentation et une prime de risque, de participer à des rendez-vous libidineux en Cousearns ? Probablement qu'un touriste des "carnavaux" ursins des Pyrénées orientales leur a refilé l'idée géniale de ce complot : l'inlfiltration ni vu, ni connu. Je réserve l'exclusivité de ces récits hard pour une version X de la Buvette : "Le lupanar des estives" ça va s'appeler. Tome I, "L'Etat prend le Couserans par derrière", en traitre. Dans le rôle de la victime, Philippe Lacube. Ca va chanter durant la pénétration du monde pastoral par le fonctionnaire déguisé.

"L'association de Soutien au Pastoralisme Anti Prédateurs" appelle « à faire front dans une force fédératrice de proposition ». Tiens, voilà autre chose : "une force fédératrice de proposition" ! Ils ne manquent pas d'humour les spécialistes de la chaise vide et du boycott de la concertation. En 2006, on avait eu droit "au renouvellement de l'image du pastoralisme ariégeois". Renouvellement qu'on attend toujours, comme le montre la "nouvelle campagne de communication pour l'Ariège".

"Après avoir travaillé avec l’agence New Deal de Grenoble, l’Agence de Développement touristique de l’Ariège (ADT) vient de présenter sa nouvelle campagne de communication." Je cite : "On a trouvé des qualités à l'Ariège, des qualités autour de sa naturalité (...) une certaine féminité (NDLB : ça va plaire à Balou!), une certaine douceur (NDLB: Voir les visites de la chorale de l'ASPAP à Arbas) (...) , l'envie de faire connaître l'Ariège sous un autre angle, d'arrêter avec l'ours... "

Quelle image positive recoivent les candidats visiteurs de l'Ariège ? L'image de l'ASPAP et de ses poussées aigues de paranoïa. C'est pas ça qui va faire venir les touristes. 

Avec, pour Balou, les encouragements de La Buvette. Sois ferme en ce lendemain de Saint-Valentin...

Commentaires