Le loup dans les bouches-du-Rhône

Bruno Salle élèveur de moutons sur la commune de Vauvenargues, assure que le loup a égorgé vingt de ses bêtes. La préfecture travaille sur la question

Encore un berger plein de bon sens

"Il faudra travailler tout autrement"
Bruno Salle élève 200 bêtes au coeur du Grand Site Sainte-Victoire : "Il faudra travailler tout autrement". Photo Serge Mercier


Ça change tout

Bruno Salle loue au Puits d'Auzon, une propriété du Conseil général qui, après l'incendie de 1989 lui a donné pour mission de favoriser le sylvopastoralisme, c'est-à-dire agir sur l'embroussaillement. Sur ses 600 bêtes, 200 sont avec lui, 400 sont placées à Puyloubier. "L'organisation que nous avons mise en place ces vingt dernières années, est désormais complètement désuète. Il faut complètement la revoir, elle n'existe plus, la présence du loup change tout." Tout, dans la moindre de ses habitudes.

Plus question de laisser le troupeau toute une nuit dans les bois, le berger doit le faire revenir en enclos chaque soir, "ce qui implique qu'on ne peut plus aller dans les pâturages habituels, sur les crêtes de Sainte-Victoire. Cela m'est impossible de ramener les bêtes tous les soirs, il faudra chercher des territoires dans d'autres zones pour les faire pâturer, bref, il faudra travailler tout autrement". Encore faut-il qu'on leur en donne les moyens.

Source : La Provence

 

Commentaires