Communiqué de l'armée libre du Moutonistan

par Frédéric Vigne

Depuis bien trop longtemps, nous avons toléré sur nos terres sacrées la présence d’impies, d’hérétiques, d’Adorateurs de La Bête qui dévient ou tentent de dévier nos frères de la seule Vraie Voie, la Voie des Purs.

Cette période est révolue, et nous allons purger nos estives, laver nos montagnes de cette souillure infâme, éradiquer cette vermine.

Le Tout-Puissant nous est témoin que La Bête doit mourir et ses zélateurs être éliminés sans pitié. Mais d’abord, mes frères, ce sont des traîtres dans nos propres rangs dont nous devons nous défaire. Nous devons en finir avec ces ignobles cafards, qui acceptent l’inacceptable, qui trahissent notre grande cause. Tous ceux qui acceptent la coexistence avec La Bête doivent être ralliés à nous et se convertir ou bien recevoir le châtiment. Nous devons disperser leurs troupeaux, et s’ils ne comprennent pas, nous devons aller plus loin!

Nous devons arracher ces temples païens que sont les parcs de nuit, comme nos frères afghans ont pilonné les Bouddha impurs au mortier! Nous devons les frapper sans relâche, empoisonner leurs chiens, leur rendre la vie intenable! Nous devons les chasser de la montagne, la montagne est à nous!

Nous aimons nos estives et c’est pour cela que nous n’y montons pas très souvent. Nous aimons nos moutons et c’est pour cela que nous refusons de les protéger de tous les périls qui les menacent! A bas les Patous! A bas les bergers qui font leur travail! A bas mesures qui pourraient réduire la prédation!

Comme les Chrétiens, nous avons nos saints, ils nous protègent. (NDLB : La Buvette a retiré la liste des prénoms qui se trouvait ici, mais vous pouvez les deviner...). Ils nous permettent de nous affranchir des lois de cette République que nous vomissons. Elle ne songe qu’à nous acheter, et elle y réussit très bien ! Mais nous, nous voulons plus ! Toujours plus ! Avec nos frères du front oriental (Alpes) et ceux du front centre (Massif Central-Cévennes), nous sommes unis pour créer le vaste Etat Libre du Moutonistan! Le Mollah José a déjà proclamé sa fatwa et nous devons nous y conformer. Le Mollah José a maudit la Bête dans ses prêches cet été. Il a maudit toutes toutes les bêtes! José Ô Akbar! Il est notre Prophète, notre Guide Suprême!

Dans notre Etat libre, il n’y aura pas de place pour les bergers qui travaillent. Nous voulons des moutons qui divaguent, et nous voulons qu’on nous paye pour ça! Nous voulons qu’on nous paye encore plus qu’aujourd’hui. Notre cause est sacrée, elle n’a pas à être justifiée. L’argent doit nous irriguer comme le miel irrigue le paradis, comme les torrents irriguent les pentes de la montagne, comme...

Nous voulons être libres de faire autre chose, tranquilles et au chaud,  tandis que nos moutons divaguent, nous ne voulons pas être obligés de les surveiller. Nous voulons être fonctionnaires locaux ou agents d’un établissement quelconque : EDF, le SDEA, ou autre... Ou bien nous voulons être au RSA tandis que les moutons sont au nom de nos femmes (ou vice-versa). Nous voulons que l’Etat indemnise au prix fort TOUS les moutons qu’on laisse crever.

Nous ne voulons plus rendre des comptes à l’ONFCS! Cette ignoble inquisition est une insulte, une souillure, qu’aucun combattant de notre Armée Libre du Moutonistan ne saurait accepter. Nous ne voulons pas de leur doute légitime, nous voulons l’indemnisation SYSTEMATIQUE! Aucun préalable, aucune enquête, juste le pognon!

Nous voulons gagner sur TOUS les tableaux, manger à TOUTES les gamelles ! Le verset 1 de notre saint bréviaire nous enseigne :  « La parole donnée à un Infidèle (c'est-à-dire à peu près tout le monde sauf nous) n’a aucune valeur ».  On peut bien les amuser en faisant semblant de céder, on ne cèdera rien. Nous avons le droit de mentir, voler et tricher, car on ment à des Infidèles, on les vole et on les roule dans la farine. C’est ça notre juste lutte.

Nous n’avons pas de limite et nous n’en voulons pas. Ceux qui acceptent de faire des compromis le paieront cher. Le Moutonistan est fait par et pour les moutons, et pour les moutons qui rapportent. Peu importe qu’ils soient morts ou vifs, du moment qu’on ramasse.

Nous avons nos héros, qui, la nuit, vont peindre les routes sur le passage du Tour de France. Et ils sont prêts à lutter jusqu’à la dernière goutte dans les pots de peinture ! D’autres tronçonnent les arbres quand les Adorateurs de la Bête se rassemblent pour l’un de leurs sabbats démoniaques. Et ils tronçonneront jusqu’à ce que le métal de leurs chaînes ne coupe plus !

Nous avons aussi nos martyrs, braconniers ou autres qui ont été traduits devant les tribunaux de cette République qui prétend nous demander –très rarement- des comptes.

Nous ne voulons pas négocier. Nous ne voulons pas coexister. Jamais ! Le Moutonistan est une idée pure, la moutonisation doit aller de l’avant ! Nous ne transigerons pas sur nos idéaux : subventions, abstention, non-protection! Les trois mamelles de notre brebis à lait !

L’Etat Libre du Moutonistan fait claquer ses étendards et est prêt à envoyer ses phalanges de valeureux guerriers sur tous les fronts, surtout quand nous sommes cinquante et que le type d’en face est tout seul. Nous sommes prêts à attaquer en surnombre, ou bien de nuit, ou bien dans le dos, car nos saints, surtout (NDLB: même remarque, J... et A...), et aussi le Mollah José, nous préservent de la répression des Infidèles! Le Mollah José est grand! Il a fait croire à ces Infidèles, à ces Adorateurs de la Bête, qu’il était de leur côté, et ils l’ont cru, car ils sont stupides! Tous les Infidèles sont des ignorants et des idiots. Nous seuls avons les lumières de l’intelligence qui irradient sous la laine d’importation de nos bérets.

Nous sommes fiers de notre identité moutonnière, car elle alimente nos cagnottes! Nous avons conquis le droit d’ignorer la loi! En face, ils sont contraints de la respecter! Et puis il y a un mouton à la tête de la Bergerie Suprême, à Paris, désormais! Et le Mouton en chef, désormais, nous autorise à faire le ménage, à tuer les Bêtes ignobles! Le bonheur au bout du fusil, le sang impur qui coule et le pognon des autres volé sur le fondement d’un sublime mensonge! C’est notre but ultime!

Tremblez devant nos légions de braves et leur cri de guerre, qui retentit de montagne en montagne, enjambe les vallées, traverse les plaines jusqu’à d’autres montagnes dont les parois abruptes vont relayer l’écho de nos combats.

Ce cri du cœur, ce cri qui, plus que tout, dit qui nous sommes et de quoi nous sommes fiers :
« Des primes, Ô Akbar! Des primes, Ô Akbar! Des primes, Ô Akbar! »
 
Docteur Oussama Milaraj-Delariej

porte-parole officiel de l’Armée Libre du Moutonistan, secteur du front occidental (Pyrénées).

Remarque de la Buvette

Les menaces et intimidations contre les bergers un peu trop "cohabitationistes" ne sont pas que de la fiction (pneus crevés, voitures vendalisées, non remplacement en cas de maladie, perte d'estive, empoisonnement des chiens, éparpillement du troupeau...). Par exemple,voir dans les notes qui concerne L'ACP, Association pour une cohabitation pastorale, il doit y en avoir quelques exemples.

Commentaires