Fédération des acteurs ruraux: les rois de la comm

Maintenant que les brebis sont redescendues des montagnes, que la grande boucherie de l’Aïd n’a pas encore commençé, les éleveurs ont du temps libre. Tout ce que la France compte de pastorâleurs en profite pour sortir dans la rue.

A celà, deux objectifs :

  • perturber le symposium “Vivre avec le loup? Hier, aujourd’hui… et demain” qui commence aujourd’hui et se terminera le 12 octobre à Saint-Martin-Vésubie, dans les Alpes-Maritimes (Voir le programme du symposium).
  • et soutenir le berger Didier Trigance qui avait en août 2012 agressé deux agents du parc du Mercantour venu pour constater les dégâts et effectuer une expertise.

Le symposium “Vivre avec le loup” et “le traitre” Jean-Marc-Moriceau

Une lettre ouverte

Nos produits de qualité respectant la nature, mis en danger par le loup
Nos produits de qualité respectant la nature, mis en danger par le loup

Chaud comme la braise, excessif comme toujours, Christophe Gabert, le président de la “Fédération des acteurs ruraux” (comme si les autres n’étaient pas des acteurs), transfuge du défunt blog “le Grand-Charnier” s’en était pris d’abord à Jean-Marc-Moriceau, professeur d'Histoire Moderne à l'Université de Caen et organisateur du symposium de Saint-Martin-Vésubie dans une première lettre ouverte “Loup, où est la rigueur scientifique?” 

Au delà de l’anecdote, car y a-t-il un scientifique à la FAR ou même quelqu’un qui possède des notions de ce qu’est une démarche scientifique, le président de la FAR, juge avant d’avoir expérimenté le symposium.  Le doute scientifique, c’est pour les intellos! Pour la FAR, le symposium n’est qu’ “une rencontre de sympathisants” et son titre “donne déjà la position des intervenants et les conclusions ne semble pas être un gage de réussite.”

Le représentant de la FAR semble amer à propos des derniers propos de Jean-Marc Moriceau:

Oui c'est sain d'avoir peur du loup, mais une peur raisonnée, une peur relativisée. Le loup n'attaque pas l'homme adulte, n'attaque pas l'homme sain. Et d'ailleurs quand le loup attaque l'homme, c'est dans des circonstances très particulières, et c'est surtout sur des enfants en situation d'infériorité dans des contextes qui étaient ceux du passé, qui ne sont plus ceux d'aujourd'hui”.

Tant que celui-çi présentait Canis lupus comme un dangereux mangeur d’homme (comme dans Histoire du méchant loup: 3 000 attaques sur l'homme en France du Xve au XXe siècle, ça allait. S’il fait un peu plus dans la nuance, il devient un supot des “associations adoratrices du tout sauvage”. L’obsession de la FAR : obtenir des réponses sur ce qu’ils appellent “Les mensonges de l’UICN”.

La réponse du professeur a été calme et comme il se doit, professorale. Jean-Marc Moriceau y explique le choix du moment et du lieu: 

« Les problèmes aigus que connaît le secteur de l’agro-pastoralisme sont reconnus. Ils sont bien intégrés dans les débats et la place de tous les représentants de la filière y est attendue. Certains d’entre eux co-président les séances ou interviennent dans les communications comme dans les posters. Les apports des historiens, des géographes, des sociologues mais aussi ceux des biologistes, des acteurs de la filière loup, etc. y trouveront une occasion sans pareille de s’exprimer.

Sensibles aux difficultés et même parfois aux drames que connaissent les bergers et les éleveurs, les organisateurs du colloque ont tenu à rassembler le maximum de compétences pour porter sur la place publique les résultats des études et des recherches sur l’impact du loup dans les espaces ruraux comme dans l’environnement. (...)

A tous les bergers, éleveurs, administrateurs et acteurs du secteur de l’agro-pastoralisme, et notamment à ceux des régions PACA et Rhône-Alpes, je souhaite la bienvenue à  ce symposium, volontairement situé dans un lieu qui leur tient à cœur, pour être  l’occasion d’une ouverture constructive et durable. ».

L’invitation était lançée. La rencontre n’était donc pas réservées aux « sympathisants » (du loup). Mais la FAR n'est pas réputée pour son « ouverture constructive et durable », cela se saurait.

Le symposium toujours et les deux poids deux mesures de Christophe Castaner

Une deuxième « lettre ouverte »

En l’absence de présence médiatique, la FAR multiplie les lettres ouvertes. La deuxième était adressée à Christophe Castaner, président du Comité National Loup. La FAR lui posait quelques questions :

  • Comment il allait éduquer les loups ?
  • Comment il allait siéger au symposium au côté des « saboteurs de FERUS » ?
  • Et que pensait-il de leur idée fixe, leur monstre du Loch-Ness, « les mensonges de l’UICN »?

Dans cette lettre, la FAR semblait regretter que « les citoyens sont priés de respecter les lois de façons pointilleuses » (sic) et se disait (re sic) « très surpris de voir que l'état que vous représentez sur ce dossier soit aussi peut regardant et oublie:

  • D'assurer la sécurité des biens et des personnes
  • D'assurer la protection des troupeaux dans les zones a loups et a ours
  • D'assurer la pérennité des exploitations agricoles
  • D'obvier ou de remédier aux agissements des bêtes fauves et malfaisantes....»

Dans sa réponse, Christophe Castaner ne se prive pas de dénoncer l’extrémisme de la Fédération des acteurs ruraux. Il leur indique « que faire le procès d’un symposium scientifique, avant même qu’il ne se tienne, me semble relever d’une vision inutilement étroite », qu’il ne doute pas que la FAR  «  s’attachera s’y rendre pour en rendre compte auprès de vos adhérents ». 

A propos de leur haine de l’UICN, Christophe Castaner est très clair :

« Vous évoquez dans votre lettre ouverte que je n’ai jamais fait mention des recommandations de l’UICN et vous avez raison, pour une raison simple liée au fait que personne aujourd’hui ne considère que le Plan loup découle de ces recommandations mais plutôt de la directive Habitat dont la force juridique s’impose à la France. »

Questionné sur le texte de Bruno Besche-Commenge, Florian Kirchner de l’UICN a répondu à la Buvette: « Je découvre ce texte et je dois bien dire que je ne sais pas par quel bout le prendre, tellement il concentre d’affirmations erronées, de confusions et de contresens… dès la deuxième ligne ! En fait, tous ceux qui s’intéressent un peu à la Liste rouge nationale et à la méthodologie de l’UICN comprendront vite l’inconséquence de ce document. Les autres trouveront facilement sur notre site les éléments nécessaires pour se faire une opinion sur ces lignes, qui ne nécessitent aucune réaction. »

Devant cet « ipon », il ne reste plus à la FAR, certaine de son bon droit, avec l’appui de ces scientifiques et légistes, qu'à se lancer dans un bon procès, bien médiatique et tout et tout, vu l’actualité du loup.

Christophe Castaner leur indique également qu’il « ne représente pas l’Etat contrairement à vos propos et que pour ce qui est de ma légitimité, je pense qu’elle doit a minima valoir la vôtre » avant de conclure:

« Vous aviez condamné le plan loup avant même qu’il ne soit négocié, vous avez le mérite de la constance. Pour ma part je tenterai de faire évoluer les positions afin qu’une véritable protection de l’élevage soit mise en place, et peut-être serez-vous, à votre tour, acteur de ce changement … mais il doit être plus simple d’accuser que d’agir. »

Deux manifestations

« A l'initiative de la Chambre d'Agriculture des Alpes-Maritimes (06), de la FDSEA 06, des JA 06 et en collaboration avec des associations d'éleveurs dont la Fédération des Acteurs Ruraux (FAR), Solidarité Pastorale, Eleveurs & Bergers du Vercors Drôme Isère, Eleveurs & Montagnes, Le Cercle, Vivre sans le Loup, Le Grand Charnier et d'autres nombreux acteurs, 2 manifestations vont avoir lieu au mois d'Octobre 2013 dans les Alpes-Maritimes (06) ».

« Dans un département où les brebis tombent par milliers chaque année sous les crocs des loups, la tenue d’un symposium intitulé « Vivre ensemble avec le loup » sonne comme une véritable provocation pour les éleveurs. A la question « comment vivre ensemble avec le loup? Nous préférons cette question simple: comment maintenir le pastoralisme sur notre territoire? »

La FAR n’organise pas mais fait pression sur celui-çi, mais pas seulement sur lui, et menace...

Nice Matin raconte aujourd’hui: « Pour protester contre ce symposium organisé à Saint-Martin-Vésubie, ils installent ce matin un barrage filtrant à l’entrée du village. D’autres actions, plus musclées, seraient envisagées ».

« Dés juin 2012, confie Eric Gili, chercheur et adjoint au maire de Saint-Martin, j'ai invité la Chambre d'agriculture qui ne m'a pas répondu ».« J'ai rencontré beaucoup d'éleveurs. Deux ont finalement accepté des vice-présidences de séance, mais je crains fort que mis sous pression, ils ne viennent pas. L'un m'a dit avoir reçu des menaces ».

Selon le journal, « Toutes ces mises au point ont sans doute ébranlé la détermination des responsables agricoles. Mais pas celle de la base dont l'exaspération a encore grimpé d'un cran vendredi dernier, lorsque les battues au loup ont été suspendues par le tribunal administratif de Nice. » Les responsables? Les associations environnementales qui elles viennent au symposium. Mais en temps que président de la FAR, Christophe Gabert n’est plus la base, mais un responsable. « Pour manifester leur ras-le-bol, les éleveurs ont refusé, hier, de rencontrer les organisateurs et la sous-préfète ». La politique de la chaise vide toujours...

« Vont-ils aujourd'hui se contenter d'un barrage et d'une distribution de tracts ? Parmi la centaine de manifestants attendus, certains céderont-ils à des actions plus musclées, comme le craignent des responsables syndicaux ? Les gendarmes sont prévenus, qui ont fait appel à des renforts

Dans un autre article, Nice matin fait état de l’échec de la mobilisation : « Quarante-cinq gendarmes mobiles encadraient la manifestation des éleveurs » et « Une quarantaine de bergers manifestaient... » En tenant compte "des membres de la Chambre d'Agriculture des Alpes-Maritimes (06), de la FDSEA 06, des JA 06, des associations d'éleveurs dont la Fédération des Acteurs Ruraux (FAR), Solidarité Pastorale, Eleveurs & Bergers du Vercors Drôme Isère, Eleveurs & Montagnes, Le Cercle, Vivre sans le Loup, Le Grand Charnier", ouf! On peut se damander qui étaient les « autres nombreux acteurs »?

Le procès de Didier Trigance

Le 8 août 2012, alors qu'ils avaient été sollicités par un éleveur pour réaliser une telle expertise, trois agents du Parc national du Mercantour ont été violemment pris à parti: l'un a reçu un coup de tête, tandis qu'un second a été frappé à coups de manche de pioche. Blessé à la mâchoire, celui-ci a dû recevoir plusieurs points de suture. Le parc a immédiatement porté plainte et une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Nice à l’encontre du berger, Didier Trigance. Après un report, c’est ce procès qui commence demain à Nice.

L’autre « grande manifestation » sera donc pour demain, jeudi 10 octobre 2013 à 13h30 devant le Tribunal Correctionnel de Nice pour un rassemblement pacifique de soutien à Didier TRIGANCE à l’occasion de l’ouverture de son procès.

La FAR a mis en ligne le 25 octobre 2012 une « grande pétition » () pour soutenir Didier Trigance. En un an, elle a permis de récolter à peine plus de 500 signatures. 

Petition-didier-trigance

Commentaires