Fédération Départementale de la Chasse de Haute-Saône: un atout pour l'éducation?

Quatre cadres de la fédération des chasseurs mis en examen pour destruction d'espèces protégées

Le président de la fédération des chasseurs de Haute-Saône et trois autres cadres ont été mis en examen  pour "destructions d'espèces protégées en bande organisée", pour avoir ordonné la mise à mort de plus d'une centaine d'animaux protégés.

La chasse, un atout pour l'éducation?

Après la présence de chasseurs dans les écoles pour apprendre le "Développement Durable" et "l'éveil à la nature", voyons comment les chasseurs apprennent l'éthique de leur activité à leurs stagiaires (BTS protection de la Nature).

Chasse atout Education
Le président, le directeur, le directeur technique et le secrétaire de la fédération départementale ont été mis en examen pour destructions d'espèces protégées en bande organisée, et placés sous contrôle judiciaire sur réquisition du parquet de Vesoul.  Les quatre cadres réfutent les faits qui leurs sont reprochés ou les reconnaissent a minima, a indiqué le parquet de Vesoul.

D'après l'enquête de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), plus d'une centaine de chats sauvages et de rapaces protégés, comme l'autour des palombes, ont été tués entre 2010 et 2013 sur le site d'une réserve cynégétique gérée par la Fédération des chasseurs de Haute-Saône. Cette réserve située à Noroy-le-Bourg est notamment destinée à développer du gibier de chasse tels que des faisans et des lapins de garenne.

"Exterminer toutes les espèces" nuisibles au gibier de chasse

Chasseur du RhôneLes faits ont été dénoncés par des stagiaires de la fédération haut-saônoise. Ils ont affirmé aux services de l'ONCFS qu'ils avaient été obligés "d'exterminer toutes les espèces nuisibles" au gibier de chasse, dont des animaux protégés. D'après leurs déclarations, la fédération leur a fourni un fusil, des pièges et du poison pour tuer les bêtes et ils touchaient une prime de 100 à 150 euros pour trente queues d'animaux protégés.

La perquisition des services de l'ONCFS a permis de découvrir des cadavres et des queues d'animaux protégés, ainsi que des pièges et du poison.

Deux associations de défense de la nature ont déposé plainte auprès du parquet de Vesoul. L'enquête a été ouverte en juillet dernier et confiée à l'ONCFS.

"Avant même que les faits ne soient jugés, cette affaire porte un préjudice considérable à l'image du monde fédéral et de la chasse en général", a estimé Bernard Baudin, président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) dans un communiqué avant de demander au président de la fédération départementale de Haute-Saône, Robert Putz de ne plus siéger au conseil d'administration de la Fédération nationale des chasseurs pendant toute la durée de la procédure judiciaire. La FNC, s'est dite "consternée" par les faits et a précisé qu'elle avait l'intention de se porter partie civile.





Lire aussi

 

Fédération des chasseurs de Haute-Saône : de nouvelles mises en examen

Du nouveau dans l’affaire de « destruction d’espèces protégées » qui secoue la fédération des chasseurs de Haute-Saône depuis l’été dernier. Trois mises en examen ont été prononcées cette semaine dans le dossier. Cette fois, les stagiaires qui avaient dénoncé des pratiques illégales sur une réserve gérée par la fédération sont visés.

Début décembre 2013, quatre cadres de la fédération avaient déjà été mis en examen. L’enquête, toujours en cours, aurait permis d’établir que plus d’une centaine d’animaux ont été éliminés entre 2010 et 2013 dans la réserve de Noroy-le-Bourg, près de Vesoul. Fusil, pièges, poison : tous les moyens étaient semble-t-il bons pour exterminer les espèces qui gênaient la prolifération des faisans ou des lapins de garenne. Des chats sauvages, des buses variables, des chouettes hulottes ou des autours des palombes auraient ainsi été abattus.

Dans ce contexte difficile, un nouveau président a été élu à la tête de la fédération des chasseurs. Son prédécesseur, mix en examen, n’a plus le droit de fréquenter les locaux de la fédération. « Il reste présumé innocent », commente le nouveau président, Michel Dormoy. « S’il est blanchi, je lui rends la place avec un grand sourire. »

Ajouté le 16 janvier 2014

Commentaires