Plainte des chasseurs après le braconnage d'un gypaète barbu dans les Pyrénées-Atlantiques

Un gypaète barbu, le plus grand rapace nécrophage des Pyrénées, a été retrouvé blessé le 24 novembre sur la voie ferrée entre Bayonne et Saint-Jean-Pied-de-Port (Pyrénées-Atlantiques)

Gypaète barbu. Photo B. Berthemy
Gypaète barbu. Photo B. Berthemy

Malgré les soins qui lui ont été rapidement prodigués par le centre départemental de la sauvegarde de la faune sauvage du 64, l'animal a succombé à ses blessures. Il ressort de la radiographie que celui-ci est mort d'un coup de fusil avec au moins six plombs disséminés dans le corps.

"Même si rien ne permet à ce stade de l'enquête de dire s'il s'agit du geste d'un chasseur, les regards se tournent inévitablement en direction de la communauté cynégétique", déplore la Fédération nationale des chasseurs dans un communiqué.

La FNC, "scandalisée par cet acte stupide sur un animal protégé et emblématique de la faune pyrénéenne" à décidé de porter plainte aux côtés de la FDC64. La FNC est partie prenante du Plan national d'actions en faveur du gypaète barbu. "Le monde de la chasse s'investit depuis de longues années pour la sauvegarde et le développement de ce splendide rapace".

Nous avions déjà précisé que les associations Hegalaldia, Saiak et la Ligue de protection des oiseaux (LPO) avaient déposé plainte contre X. Porter atteinte à la vie d'un de ces rapaces protégés est un délit passible de 15.000 euros d'amende et d'un an de prison.

Source Sud-Ouest

Voilà une plainte qui fait plaisir.

Commentaires