Rétrospectives des actualités du Loup en France en 2014

Cette page reprend l'essentiel des actualités du loup en France pour l'année 2014 en une seule note. Elle sera mise à jour régulièrement.

Actualités du loup en France en 2014

 3 janvier 2014 - Nouvelle saillie de José Bové (EELV) sur le loup : " cette espèce n’a rien à faire en Suisse et dans les Alpes (...) ici, nous ne sommes ni dans le Grand nord, ni dans les plaines de l’Ouest américain. Il n’y a pas assez de place pour le loup." Elle fait réagir Sandrine Bélier. Y a pas à dire quelle cacophonie chez les verts.

5 janvier - (en attente d'analyse toxicologique) - Un loup a été percuté par une automobile sur l'autoroute A570, entre Solliès-Pont et la Crau, dans la nuit du 4 au 5 janvier. Le préfet du Var, Laurent Cayrel y voit lui “la nécessité de maitriser la prolifération des loups dans le département”. Des analyses ultérieures montreront que le loup a été empoisonné. Laurent Cayrel ne publiera pas de communiqué...

11 janvier 2014 - (analyse toxicologique positive) - Le cadavre d'une jeune louve a été découvert sous un pont, non loin de La Brigue (Alpes-maritimes). Pesant à peine 10 kg et vu de son état de décomposition, il était mort depuis plusieurs jours. Deux hypothèses : un décès naturel ou un empoisonnement. Il faudra attendre l'autopsie puis le résultat des analyses de sang et de tissus pour en savoir plus. (Le 12 mars, on apprendra que le loup a été empoisonné.)

14 janvier - FERUS a décidé de boycotter les prochaines réunions techniques du Groupe National Loup qui doivent se tenir à Lyon les 15 et 16 janvier et auront pour thème « La protection troupeaux et l’accompagnement des éleveurs dans les cœurs de parcs nationaux et de réserves naturelles ».

19 janvier - (en attente d'analyse toxicologique) - Un jeune loup découvert mort sur l’autoroute à Saint-Michel-de-Maurienne (Savoie)

21 janvier :

3 février - (1/plafond 2014) - Dans un communiqué du 3 février 2014, la prefecture de la Marne signale qu’un loup male adulte a été tué par arme à feu sur la commune de Coole (51), située à proximité de Mailly-le-Camp. L’auteur du coup de feu « volontaire ou involontaire » n’a pas été identifié selon les services de l’État. Une enquête menée par l’ONCFS est en cours pour déterminer les circonstances de la mort de cet animal d’espèce protégée.

1 mars - La Buvette publie ses réponses au document "Le loup, 10 vérités à rétablir ou la fin annoncée de l’élevage des moutons et une menace pour tous les animaux élevés en plein air".

4 mars - José Bové sera tête de liste EELV dans le Sud-Ouest.

7 mars - La FNSEA et la CONF veulent déclasser le loup.

12 mars - (2/plafond 2014) - Autopsie du loup trouvé mort en janvier à La Brigue : les analyses toxicologiques réalisées par un laboratoire lyonnais viennent de mettre en évidence du Carbofuran, un puissant insecticide interdit en France depuis 2008. La louve, qui a ingurgité cette substance toxique, ne serait pas morte immédiatement. L'animal est décompté du plafond national de 24 prédateurs (susceptibles d'être prélevés en un an).

13 mars -  Un loup a été photographié plusieurs fois à Plavilla, dans le massif du Razès (Aube)

20 mars - Des élèves de 1ère du Lycée Professionnel Camille Schneider à Molsheim, âgés de 16 à 17 ans se sont lancés dans un projet de "mini entreprise" sur le thème du loup. Christophe GABERT (de la FAR) dénonce cette organisation et écrit à plusieurs ministres et aux responsables académiques.

22 mars - La Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM) publie une rétrospective loups 2013. La FRAPNA s'interroge sur sa participation au Groupe National Loup et écrit au préfet de la Région Rhône-Alpes.

4 avril - Naissance du collectif CAP-Loup (ANIMAL CROSS
, ASPAS, FERUS
, LPO PACA , MILLE TRACES, SFEPM, WWF France. FNE et la FRAPNA n'en sont pas...

10 avril - Sénat : le sénateur UDI de Haute-Savoie Jean-Paul Amoudry (Union Centriste) fait voter, au détour d’un projet de loi sur l’agriculture, un amendement qui établit "la nécessité de définir des zones de pâturage préservées ou indemnes de prédateurs tels que le loup", afin "de réserver les territoires montagneux".

17 avril - Cap Loup réagit à l'autorisation de tir contre le premier loup de l'Aude et au vote des sénateurs anti-loup.

23 avril - Une première photo de loup dans la Meuse.

23 avril - (en attente d'analyse toxicologique) - Une autopsie va être pratiquée pour déterminer les causes de la mort d'un loup dont le cadavre a été retrouvé dans la commune de Saint-Jeannet, dans les Alpes-Maritimes, en limite du Broc, par les agents du service départemental de l’ONCFS. Ce loup a été décompté du plafond national des 24 loups pouvant être « prélevés » sur la période 2013-2014.

27 avril - Christian Estrosi récidive : « En 1992 le loup a été réintroduit artificiellement par des fonctionnaires de l’État et par des gardes du parc de Mercantour ». L'Aspas réagit. Ferus aussi.

28 avril - Stéphane Le Foll déclare que les objectifs de prélèvement du Plan loup ne sont pas atteints. Cap Loup réagit et dénonce la notion d'objectif.

29 avril - Ferus et WWF ont fait savoir au représentant de l’Etat leur souhait de ne pas participer à la prochaine réunion du Groupe National Loup, le 7 mai 2014.

30 avril - Le respect de la législation européenne pause un problème aux éleveurs français qui ne veulent pas de la Directive Habitats et ne désirent pas participer au Workshop « large Carnivore » en juin à Bruxelles. La Copa-Cogeca et la FACE en seront. Le pastoralisme français est esseulé.

7 mai - Réunion du groupe National Loup : Le dispositif global qui encadre les possibilités d'intervention sur l'espèce évoluera peu par rapport à l'année dernière. Les éleveurs ne sont pas content. Réactions : FNE, ...

12 mai : Selon Serge Vialette (président de la FDSEA de l'Aude), il y aurait 100 loups entre l'Aude et les Pyrénées orientales.

12 mai - (en attente d'analyse toxicologique) - Un cadavre de louve a été trouvé à la sortie du village d’Abriès dans les Hautes-Alpes. Il s'agit d'une jeune louve, d'une vingtaine de kilos, née dans le courant de l'année 2013. Les analyses réalisées par le laboratoire vétérinaire départemental à Gap, n’ont décelé aucune substance toxicologique.

13 mai - (10/plafond 2013) - Le jeune loup mâle retrouvé accidenté sur la commune d'Arvieux dans les Hautes-Alpes en décembre 2013 a été empoisonné à la chloralose. Ce loup est donc le 10ème loup décompté du plafond de 24 loups pour 2013 défini par l'arrêté ministériel du 15 mai 2013.

15 mai - (3/plafond 2014) - Un loup adulte a été abattu sur la commune de Saint-André (Savoie) par un lieutenant de louveterie. Réaction de Cap Loup.

15 mai - Nouvelle estimation officielle du nombre de loups en France dans une note de l'Equipe ONCFS d’animation du Réseau Loup-Lynx à l’attention des correspondants du réseau Loup-Lynx, le 15 Mai 2014 : L’EMR, mesuré sur ces 38 ZPP, est donc logiquement en augmentation par rapport à l’an dernier, ce qui, traduit en estimation par modélisation mathématique, donne un effectif total national estimé à 301, avec un intervalle de « confiance » à 95% allant de 221 à 381. L’EMR est le nombre minimum mesuré par pistage hivernal+observations visuelles sur les territoires avec loups sédentarisés. Le 301, c’est la transformation de la valeur de l’EMR en une estimation de l’effectif total.

21 mai - Une interview de Jean-Marc Moriceau permet de faire tomber le masque sur sa position à propos du loup en France. Une chose est sûre, le loup est pour lui un business juteux."il faut rendre le loup chassable sous certaines conditions, dans certaines régions. Je parle ici d'une autorisation durable et qui ne nécessiterait pas d'attendre qu'il y ait déjà eu des attaques sur une exploitation en particulier. Cela ne conviendra pas à tout le monde : certains pro-loups voudront continuer à le protéger totalement, tandis que certains anti-loups voudront le rendre chassable partout, mais un tel compromis contribuerait à apaiser les tensions..."

21 mai - Claude Castaner répond à tous ceux qui veulent déclasser le loup. Claude Castaner, à la tête du GNO a répondu à Mme Masson-Maret qu’il s’agit là d’une « mauvaise réponse à une vraie bonne question. Il s’agit d’une proposition qui n’a aucun intérêt particulier. Même dans le classement actuel du loup, on a des possibilités de prélèvements. La preuve, sur la période 2013/2014 on a la possibilité de prélever 24 loups et pourtant on ne l’a toujours pas fait. A moins d’imaginer que le déclassement rende l’animal un peu plus bête et qu’il ira plus facilement à la rencontre des fusils, j’ai peur que ça ne suffise pas. Ce n’est pas un problème de classement ». Claude Castaner commente également la réunion du GNL du 7 mai : "1862 attaques en 2013 contre 1874 en 2012... sur 22 départements contre 16 précédemment. Ce qui induit une baisse dans les départements ou le loup est présent depuis plus longtemps. Dans le 04 : -9% de victimes. Cela alors que depuis 10 ans le chiffres ne faisaient qu'augmenter."

22 mai - Le ministère de l'Écologie a mis en ligne le 22 mai et jusqu'au 15 juin 2014, une consultation du public sur deux projets d'arrêtés concernant les conditions du tir du loup pour la saison à venir. le 1er arrêté fixe le nombre maximal de spécimens de Canis lupus dont la destruction sera autorisée. Le plafond est fixé à 24+12 : Le plafond de 24 loups pourra augmenter en cours de saison de 12 individus supplémentaires. (Soit un plafond qui augmente de 50% par rapport à la période 2013-2014). Le second arrêté détermine les départements dans lesquels les opérations de tirs pourront être déclenchées. L'on constate qu'y figurent des départements dans lesquels le loup vient juste de faire son retour.

10 juin -  La Buvette est présente à Bruxelles au lancement de la plate-forme de l'UE sur la coexistence entre les peuples et les grands carnivores à Bruxelles. Lire le discours d'ouverture de Janez Potočnik, Commissaire européen pour l'environnement et celui d'Annabelle Jaeger, membre du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur.

 17 juin - Erik Posak, avocat s'insurge contre l'absence de politique anti-braconnage alors que le plan d’action national loup 2013-2017 prévoit en son article II-D.2 que l’assouplissement et la facilitation des tirs de prélèvements doit s’accompagner d’une « maîtrise du braconnage ». Il propose que « le maximum annuel sera diminué d’un coefficient multiplicateur du nombre des animaux ayant fait l’objet d’actes de destruction volontaire" et propose que "le coefficient multiplicateur soit fixé à 6."

17 juin - La Buvette analyse les réponses à la consultation du public sur le loup (voir 22 mai). Les résultats montrent que 80% des français désirent diminuer ou supprimer les tirs de loups. Lire aussi les perles et le bétisier.

Consultation-loups

19 juin - Gérard Lang, président de la Fédération des chasseurs du Bas-Rhin se positionne en faveur du retour du loup.

19 juin - L'Etat procède du 19/06/2014 au 11/07/2014, à une deuxième consultation à propos du loup. Ce projet qui porte sur les opérations dites "tirs de prélèvement" prévoit le recours possible aux tirs de prélèvement à l’occasion de battues au grand gibier et de chasse à l’approche ou à l’affut d’espèces de grand gibier.

26 juin - Charles-Ange Ginésy, député de la 2e circonscription des Alpes-Maritimes, interroge lors de la séance des questions au gouvernement Ségolène Royal, ministre de l’Écologie sur la problématique du loup. La réponse de Ségolène Royal est surprenante : "D’après les experts des espèces protégés, la protection du loup serait en quelque sorte victime de son succès dans la mesure où le nombre d’individus recensés dépasse désormais celui qui avait été fixé." Quel nombre ? Fixé quand et par qui ? Elle ne le dira pas...

28 juin - La ruralité pyrénéenne manifeste dans la rue à Foix. La manifestation ne regroupe que 2000 personnes. Le journal Libération annonce que Ségolène Royal a signé les deux premiers arrêtés loups et s'apprète à signer le 3ème. Visiblement Ségolène Royal ne tient pas compte du résultat des consultations. A noter que la deuxième consultation est alors toujours en cours.

30 juin - L'arrêté du 16 mai 2013 qui couvrait la période du 15 mai 2013 au 30 juin 2014 prévoyait un prélèvement maximum (plafond) de 22 loups. Cette période est terminée : 12 loups ont été comptabilisés ( 7 par des tirs de prélèvements, 1 par un tir de défense, 1 loup braconné, 3 loups empoisonnés). Les résultats des analyses toxicologiques de deux loups, victimes de collisions, sont encore en attente.

1 juillet - L’arrêté fixe à 24 le nombre de prélèvement autorisés de loups, qui pourra être porté à 36 si le seuil de 24 est atteint en cours d’année. Ségolène Royal signale également qu'elle va signer l'arrêté dont la consultation est toujours en cours, celui qui autorise le tir des loups par les chasseurs en battues ou à l'affut, à nouveau sans tenir compte des résultats de la concertation où une majorité presque stalinienne s'y oppose. Une royale fumisterie participative...

7 juillet - Le texte de l'arrêté (autorisant les chasseurs à tuer des loups) dont la consultation est en cours vient d'être modifié, alors que la consultation se termine le 11 juillet... : 81% des avis sont défavorables à cet arrêté à la date du 3 juillet. Les associations réagissent.

9 juillet - L'Assemblée nationale autorise les éleveurs à abattre des loups dans certaines zones du territoire et à certaines conditions, vu que la convention de Berne signée par la France les classe en espèce strictement protégée.

10 juillet - Pierre Besnard, le préfet des Hautes-Alpes vient d’émettre deux arrêtés relatifs aux attaques de loup dans le Vagaudemar, le premier autorise une opération d’effarouchement (dans le Parc National des Ecrins), le second permettra un tir de prélèvement. Le but est d’abattre le loup qui vit dans la zone coeur du Parc, où il est théoriquement protégé. On va sortir le loup du parc pour le tuer.

11 juillet - Réactions à cette battue dans le coeur du Parc National des Ecrins : de Fabrice Nicolino, dégouté, de l'ASPAS pour qui le préfêt se couvre de ridicule. Pour Pierre Athanaze : Ségolène Royal a franchi la limite. Pour FNE, la LPO et la FRAPNA, c'est un dysfonctionnement inacceptable. Une Cyberaction est proposée : écrire au président et au directeur du PN des Ecrins. Fin de la Consultation populaire.

14 juillet : 75% des français consultés sont opposés à la participation des chasseurs pour tuer les loups. Raymond Faure appele les protecteurs de la nature à serrer les rangs.

21 juillet : Le préfet des Hautes-Alpes, M. Pierre Besnard, et le directeur du Parc national des Ecrins, M. Bertrand Galtier, osent affirmer que la « battue d’effarouchement » organisée le 10 juillet dernier dans le cœur du Parc n’était pas destinée à pousser des loups vers une zone en périphérie où ils devaient être abattus par « tir de prélèvement ». Messieurs Besnard et Galtier avaient pourtant bien expliqué le contraire.

30 juillet

9 août - Les appareils photos automatiques de l'ONCFS utilisés pour tuer les loups : "Les appareils sont utilisés pour suivre la population de loups et pour faciliter l'élimination de ceux ayant commis de gros dégâts dans les troupeaux ovins." « C'est une aide précieuse pour mettre en place des affûts ou des battues avec les meilleures chances de succès ».

11 août - La Buvette des Alpages lance l'appel "Pastoralisme NON merci!" pour que les associations environnementales, qu’elles soient écocentriques ou biocentriques, et plus largement pour que tous les citoyens prennent ensembles, des “engagements politiques marchands”.  Devenir acteur de la consommation conduit à se poser la question de savoir ce que l'on cautionne à travers son acte d'achat.

14 août - L'incroyable voyage de 2000 km d'un loup à travers l'Europe : Slavc est un loup. En 2011, il a commencé une migration de 2.000 kilomètres épique à travers l'Europe à partir de la Slovénie et l'Italie via les Alpes autrichiennes. Quelques mois plus tôt, il avait été équipé d'un collier qui a permis de suivre ses déplacements d’une manière très détaillée.

15 août - Après avoir consulté..., les ministères de l'Ecologie et de l'Agriculture ont publié, jeudi, un arrêté visant à expérimenter les tirs de prélèvements de loups avec les chasseurs, sans tenir compte de l'avis des français consultés.

28 août - Avec Ségolène Royal à l'écologie dans le gouvernement Vals II, les opposants ont les coudées franches : Laurent Garde est interviewé par Le Figaro : "400 loups font des ravages dans nos campagnes". La Fédération des Acteurs Ruraux et La Conf publient leurs revendications.

2 septembre :

  • 1/(24 ou 36) - Une jeune louve (3 à 4 mois) d'environ 12 kg a été tuée dans le cadre d'un tir de prélèvement prévu par arrêté préfectoral sur la moyenne vallée du Var, commune de Guillaumes (Alpes-Maritimes).
  • Les préfets de la Meuse et de la Lozère publient les premiers arrêtés de prélèvement de loups en dehors des Alpes, dans des départements récemment recolonisés. Les associations réagissent.
  • Une jeune louve pesant une dizaine de kilos a été retrouvée blessée dans les Hautes-Alpes. Elle est soignée ans une clinique vétérinaire. Le préfet Pierre Besnard à nouveau sur la selette, indique que  si la louve survit, elle ne sera pas relâchée en pleine nature.

5 septembre - L’arrêté du 5 août 2014 visant à expérimenter les tirs de prélèvements de loups avec la participation des chasseurs est attaqué au conseil d’Etat par 4 associations de défense de l’environnement et par la fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement.

8 septembre :

10 septembre : Le climat entre le ministère de l'écologie et les associations de protection de l'environnement s'est fortement dégradé depuis l'arrivée et les décisions de Ségolène Royal à propos de la Faune sauvage. Les associations FERUS et ASPAS déposent un recours en référé contre l’arrêté de prélèvement d’un loup en Lozère.

12 septembre :

  • Les députés adoptent en dernière lecture le projet de loi pour l’avenir de l’agriculture et de la forêt. Le recul majeur de ce projet est sans doute dans les dispositions adoptées pour élargir les possibilités d'abattage de loups, au mépris des conditions dérogatoires juridiquement requises et au risque d’un nouveau contentieux communautaire. Pour FNE, il s'agit d'une régression inacceptable.
  • Hautes-Alpes : Au total 3 loups pourront être tués pour l'ouverture de la chasse.

13 septembre : Hélène Masson-Maret, sénatrice UMP des Alpes-Maritimes, a déposé le 24 juillet dernier au Sénat une proposition de résolution européenne visant à rétrograder le statut protégé du loup demandé par les syndicats agricoles.

  Le pastoralisme va s'en tirer.

15 septembre : La FDSEA en appelle à l'armée. Il faut prélever des meutes !

16 septembre:

  • Le juge des référés du tribunal administratif de Nancy vient de suspendre l’exécution d’un arrêté de la préfète de la Meuse qui ordonnait la réalisation de tirs de prélèvement en vue de la protection des troupeaux domestiques contre la prédation du loup.
  • A la suite du nouvel arrêté autorisant le prélèvement de trois loups dans les Hautes-Alpes, le maire de la commune de Dévoluy Jean-Marie Bernard a d’abord réagi sous le ton de la boutade. « Je vais mettre en place une prime pour les chasseurs de loup ».

25 septembre :

  • Braconnage, un éleveur de Glandage: « J’ai tué les loups qui nous posaient problème, au moins une bonne partie de la meute qui sévissait ».
  • 2/(24 ou 36) - Un louveteau a été tué sur la commune d’Aiguines (Var) au cours d’une battue aux sangliers sur le plateau de Canjuers.

29 septembre - 3/(24 ou 36) - Un loup a été abattu par des lieutenants de louveterie à Valmeinier, dans la vallée de la Maurienne, en Savoie.

8 octobre - 4/(24 ou 36) - Une louve d'un an abattue à Entrages dans les Alpes-de-Haute-Provence.

11 octobre - 5/(24 ou 36) - Dans le cadre d'un tir de défense, un loup a été abattu dans les Alpes-de-Haute-Provence par un éleveur à Larche.

12 octobre :

  • 6/(24 ou 36) - Une jeune louve a été abattue par des chasseurs  près du col de Rioupe, sur la commune du Dévoluy dans les Hautes-Alpes. C'est le troisième loup tué en une semaine.
  • Un groupe de "scientifiques" (sciences humaines et agriculture) publie dans Libé : "Loups: plaidoyer pour des écosystèmes non désertés par les bergers." La Buvette publie les réactions de Marc Laffont et Gérard Bozzolo : Le lobby pastoral fait feu de tout bois et celle de Gérard Charollois : Ce que dit le loup.

15 octobre : 7/(24 ou 36) - Un loup a été abattu le 15 octobre à Beuil dans les Alpes-Maritimes

22 octobre : 8/(24 ou 36) - Un loup tué dans les Alpes-de-Haute Provence.

23 octobre : Première attaque du loup en Haute-Loire. Les réactions agricoles et polititiennes sont sans surprise. Laurent Wauquiez et les syndicalistes encouragent-ils la délinquance?

25 octobre : Le Front national soutient les éleveurs sur le dossier du loup.

28 octobre : 9/(24 ou 36) - Un 9ème loup tué à Roubion dans les Alpes Maritimes. Deux jours plus tard, dans le même déprtement : Un lieutenant de louveterie tué accidentellement lors d'une battue à Tourette-sur...Loup.

8 novembre :

12 novembre - François Moutou : Loup, à propos des arrêtés ministériels parus dans le Journal Officiel du 04 juillet 2014 : "Les décisions retranscrites dans ces nouveaux textes sont de nature exclusivement politiques, peut-être même culturelles, et cherchent à acheter une paix sociale au détriment des connaissances biologiques acquises depuis un demi-siècle sur l'espèce loup et sur les écosystèmes concernés, naturels et modifiés d'un côté et sans tenir compte des difficultés réelles de l'élevage ovin de l'autre."

14 novembre - 10 à 12/(24 ou 36) - Deux loups mâles et une jeune femelle ont été abattus ce mercredi matin à Aiguines, sur le plateau de Canjuers,  lors d’une « battue au grand gibier ». Le quota autorisé est depassé. Les associations réagissent.

16 novembre - 13/(24 ou 36) - Un treizième loup abattu dans les Alpes de Haute-Provence.

19 novembre - 14/(24 ou 36) - Un loup mâle de 25 kilos est abattu à Caussols (Alpes-Maritimes) lors d'un tir de défense renforcé. Le lendemain, un loup est percuté par une voiture à Tanneron, sur l'autoroute A8 dans le Var.

21 novembre - Deux arrêtés cassés dans les Alpes-de-Haute-Provence. L’État entendait protéger des moutons qui ne sont plus vraiment là !

22 novembre - Pour Gérard Longuet, sénateur UMP de la Meuse, le loup est une sale bête!

28 novembre - La FDSEA de la Meuse propose une aide financière à toute personne qui apporte la preuve de l'abattage d'un loup.

28 novembre (et après...) - Nouvelle stratégie pastorale : Les loups français sont des chiens loups !Les éleveurs et bergers tiennent à Manosque une conférence de presse exceptionnelle pour dénoncer le scandale que constitue le projet d’extension de la protection de la Convention de Berne aux hybrides du loup et les conséquences de l’hybridation des loups en France.

5 décembre - Convention de Berne: la recommandation hybrides est adoptée mais retouchée par rapport au texte initial : on ne parle plus d'accorder une protection aux hybrides, mais de mettre en œuvre les moyens d'éviter que des loups ne soient tués par erreur. Sur le fond, rien ne change.

10 décembre - Cap Loup demande pour la troisième fois à rencontrer Ségolène Royal.

16 décembre - En réponse à "Loups: plaidoyer pour des écosystèmes non désertés par les bergers", le journal Le Monde publie une tribune cosignée par un groupe de scientifiques spécialistes en biologie, accompagnés de naturalistes et de protecteurs de la nature : Plaidoyer pour des écosystèmes non désertés par les loups.

22 décembre :

  • La Commission européenne répont au président-fondateur de la FAR, Christophe Gabert : De telles mesures devraient être bénéfiques non seulement à l'état de conservation du loup (menacé par l'hybridation) mais aussi aux élevages qui sont vulnérables aux prédations par les hybrides ou par les chiens féraux ou errants. La bulle de l'éradication des loups hybrides a fait pffff.
  • 15/(24 ou 36) - Un loup a été abattu par un éleveur dans le cadre d’un tir de défense à Thoard (Alpes de Haute-Provence).

oOo

Cas de mortalité du loup en France, après l'arrêté du 16 mai 2013 qui couvre la période du 15 mai 2013 au 30 juin 2014 (plafond de 22 loups)

  1. 18 juin 2013 - Duranus (Alpes-Maritimes 06), une louve, Tir de prélèvement => Décompté 1er. (Les louveteaux éventuels ne sont pas décomptés).
  2. 19 aout 2013 - Caussol (Alpes-Maritimes 06), un loup mortellement blessé (non retrouvé), Tir de prélèvement => Décompté 2ème.
  3. 21 septembre 2013 - Saint-Etienne-de-Tinée (Alpes-Maritimes 06), un loup mortellement blessé (non retrouvé), Tir de prélèvement => Décompté 3ème.
  4. 22 septembre 2013 - Beuil (Alpes-Maritimes 06), loup, Tir de prélèvement => Décompté 4ème.
  5. 28 septembre 2013 - Montricher-Albanne (Savoie 73), loup, Tir de prélèvement => Décompté 5ème.
  6. 1er décembre 2013 - Camp de Canjuers (Var 83), loup, Tir de prélèvement => Décompté 6ème.
  7. 2 décembre 2013 - Arvieux (05) collision, empoisonnement => Décompté 7ème.
  8. 8 décembre 2013 - Belvédère (Alpes-Maritimes 06), loup, Tir de prélèvement => Décompté 8ème.
  9. 4 janvier 2014 - La Brigue (Alpes-Maritimes 06) collision, empoisonnement => Décompté 9ème.
  10. 5 janvier 2014 - La Crau (Var 83) -> Collision, Pas décompté (analyse toxicologique en cours)
  11. 17 janvier 2014 - Saint-Michel-en-Maurienne (Savoie 73), Collision. Pas décompté (analyse toxicologique en cours)
  12. 31 janvier 2014 - Coole (Marne 51) tir illégal/braconnage => Décompté 10ème.
  13. 23 avril 2014: Saint-Jeannet (Alpes-Maritimes 06) collision, empoisonnement => Décompté 11ème.
  14. 12 mai 2014 : Abriès (Hautes-Alpes 05) Collision, pas d'empoisonnement.
  15. 15 Mai 2014 - Saint-André (Savoie 73) - loup, Tir de défense => Décompté 12ème.
  • Mort naturelle : 0
  • Collision routière/ferrovière : 3
  • Non décomptés car en attente des résultats toxicologiques : 2
  • Empoisonnement : 3
  • Tir illégal/braconnage : 1
  • Tir de prélèvement (officiel) : 7
  • Tir de défense (officiel) : 1

Total : 15 loups morts
Total décompté actuellement du
plafond
: 12 (en attendant le résultat des analyses toxicologiques)

Merci à DF.

Voir aussi

Loups détruits durant une période donnée : L'administration effectue le suivi du nombre de loups détruits sur la période de validité des arrêtés fixant le nombre total maximum de spécimens de loups dont la destruction pourra être autorisée. Si on prend par exemple l'arrêté du 16 mai 2013 fixant le nombre maximum de spécimens de loups (Canis lupus) dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2013-2014 : il fixe à 24 le nombre de loups qui peuvent être détruit entre sa date de publication et le 30 juin 2014. Le suivi se fait donc sur la période 16 mai 2013 au 30 juin 2014.

Empoisonnements : S'agissant des cas de mortalité par empoisonnement, ils sont indiqués sur le site officiel du loup. L'ensemble des loups retrouvés morts font l'objet d'une autopsie pour connaître l'état sanitaire du loup et identifier les cause de la mort (vieillesse, maladie, accident, tir illégal, empoisonnement...). Un empoisonnement peut expliquer directement la mort ou peut provoquer une diminution de la vigilance du loup et le prédisposer à un accident dont il n'aurait pas été victime dans un état normal. Dans les 2 cas, le loup retrouvé mort est décompté.

Mortalité accidentelle : Les loups morts, accidentellement (sans preuve d'empoisonnement) ou naturellement, ne sont pas décomptés.

Plafond : Le nombre maximum de spécimens de loups dont la destruction peut être autorisée est déterminé, entre autre, au regard de l'évolution de la population des années précédentes. Pour la période en cours, il est de 22 + éventuellement 2 en cas de plafond atteint avant le 30 juin 2014.

 Dernière mise à jour : 22 décembre 2014

Commentaires