Non, le loup n'est pas une espèce rare et menacée (1)

En réponse au document "Le loup, 10 vérités à rétablir, la fin annoncée de l’élevage des moutons et une menace pour tous les animaux élevés en plein air", la Buvette vous propose les réactions croisées(1) de Pierre Rigaux (PR), Gérard Bozzolo (GB), Marc Laffont (ML) et Baudouin de Menten (BdM).

1ère "vérité"

Non, le loup n’est pas une espèce rare et menacée.

Egoisme: Après le pastoralisme, le déluge. Après eux, les mouches.
Après le pastoralisme, le déluge. Après eux, les mouches.

PR : JA/CA/FNSEA/FNO nous expliquent que la France pourrait se passer de ses quelques centaines de loup puisque l’espèce n’est pas rare ni menacée au niveau mondial. Il faut protéger le loup en France comme ailleurs. C’est absurde de considérer qu’un pays peut s’exempter de protéger une espèce sous prétexte qu’on la trouve encore dans d’autres pays.

ML : Ce n'est pas la préservation du loup en Biélorussie ou en Sibérie qui permettra de préserver et restaurer les écosystèmes français. Et quel bel exemple donné aux pays qui doivent préserver des animaux autrement plus dangereux que le loup, avec des moyens rudimentaires...

L'argument de la non-menace planétaire est qui plus est parfaitement réversible : les “bienfaits” du pastoralisme existent dans d'autres pays. Pourquoi diable s'endetter pour le maintenir chez nous contre toute rationnalité économique ?

BdM: Cela équivaudrait à donner la responsabilité de la sauvegarde d’une espèce au dernier pays à en posséder encore. C’est d'une imbécilité irresponsable. Après le pastoralisme, le déluge ; après eux, les mouches.

"La Nature ne s’arrête pas aux frontières ou aux limites dessinées par les hommes et nos efforts pour la préserver ne devraient pas s’y arrêter non plus" a déclaré Maja Vasilijevic (UICN).

L’UICN reconnait dans sa publication nationale que l’ours brun et le loup ne sont pas menacés au niveau mondial, ce qui ne l’empêche pas de prôner la protection de ses populations si elle sont menacées en France ...

« La France porte ainsi une responsabilité de premier plan aux niveaux mondial et européen pour enrayer l’extinction de la biodiversité. Elle se doit de donner une nouvelle ambition forte à sa politique de préservation des espèces et des écosystèmes, à la hauteur des enjeux présents sur son territoire. (...) le Comité français de l’UICN et le Muséum national d’Histoire naturelle coordonnent depuis 2007 l’élaboration de la Liste rouge des espèces menacées en France. Sur le fondement des critères de l’UICN, l’objectif est d’évaluer le risque de disparition de chacune des espèces de notre territoire. Les nombreux groupes déjà évalués confirment le niveau de menace élevé pesant actuellement sur les espèces et permettent d’identifier les priorités d’action pour enrayer leur extinction. » (Source)

(1) Pierre Rigaux est naturaliste dans les Alpes-du-Sud ;
Gérard Bozzolo est retraité, Ingénieur Agronome, ex-maître de conférences à l'Ecole Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse ;
Marc Laffont est Technicien en agriculture et environnement, il dispose d'une maîtrise en Ecologie ;
Baudouin de Menten, écoconseiller est le webmaster de la Buvette des Alpages.

Retour aux réponses au document "Le loup, 10 vérités à rétablir, la fin annoncée de l’élevage des moutons et une menace pour tous les animaux élevés en plein air".

Commentaires