Foie en crise

par Bernard Pesle-Couserend

Crise de foix
BPC : Chers amis auditeurs de Radio-Gastro, la radio qui vous prends aux tripes, je vous parle en direct de notre bonne ville de Foie, capitale du Vieuxconistan du Sud-Ouest-Est. A ne pas confondre avec Pôt, la capitale du Vieuxconistan du Sud-Ouest-Ouest. Chez nous, pas d'élevage laitier : ici, les brebis, c'est pas par les mamelles qu'on les prend...

Bernard pesle-couserend
BPC

Revenons à nos moutons...Oui, l'humour caustique fait aussi parti du bagage de tout journaliste vieuxcon qui se respecte.

Je m'en vais de ce pas décidé recueillir en primeur les premières réactions des sympathiques organisateurs de la manif « Foie en Crise » où il y a eu "des discours très durs, très forts, sans concession à l'égard de l'escrologie et de ses supporters. Un très fort avertissement au gouvernement pour tous les prédateurs et vautours mais aussi avertissement fort contre les associations écologistes..."

Monsieur le président de la fédération vieuxconne des récupérateurs de pognon de tous horizons, et organisateur du mouvement, un commentaire ?

« Oui alors je voulais dire que bon en ce sens que l'objectif c'était quand même d'être plus nombreux que si on était moins, moi je dis que du coup, c'est quand même une belle réussite que d'avoir pu fédérer autour d'un programme fédérateur consistant à fédérer clairement un maximum de fédérations représentatives de l'ensemble du mouvement para-agricole confédéral. »

Vous voulez dire, agricole ?

« Non non, para-agricole. Si on rassemble que les vrais agriculteurs, ils vont pas se retrouver à beaucoup... »

Pourquoi « ils » ? Vous, par exemple, vous n'êtes pas seulement agriculteur ?

« Et non, con ! Moi je suis d'abord commerçant, et ensuite, éleveur de subventions par le biais de l'EARL de Mézimpôtsdanstonku.

Lui là bas, il est employé de banque, et éleveur de subventions à temps partiel. Et l'autre, plus loin, il est employé à la mairie. Sur son temps libre, il élève des subventions. Non des agriculteurs ici, tu vas pas en trouver bézèf. Ah si lui, au fond... mais il a pris sa retraite en 2006... »

Et bien merci pour ses précisions... précises et qui nous donnent un éclairage assez éclairant sur la vitalité de notre ruralité rurale... Mais j'aperçois une figure de proue du terroir local, Philippidès Passalakès, que nos fidèles auditeurs connaissent bien...  Alors Philippidès content du succès du mouvement ?

« Pff tu parles : on est 2 ou 3 fois moins nombreux que la fois d'avant alors qu'on avait ratissé plus large ce coup-ci. Moi qui avais les boules suite à la suppression de la moitié des cantons : j'allais pas pouvoir me présenter alors que je m'échine à empapaouter du bouseux depuis 20 ans pour me faire élire... Mais vu la tournure des évènements, ça aurait été mal barré. D'ailleurs, même le fils du comte de Foie s'est fait lourdé aux dernières municipales, c'est dire. Non j'ai bien fait de sécuriser ma position multi-casquettes sur le dos de tous ces pécores... »

Euh... nous sommes en direct...

« Pu...tu pouvais pas le dire tout de suite ?... J'exige un droit de réponse : on a imité ma voix et déformé mes propos qui d'ailleurs ont été sortis de leur contexte... Je voulais dire que cette manifestation est un immense succès qui va bien au delà du triomphe du rassemblement de 2009. Je crois que le message envoyé est clair et devra être entendu. Car nous en avons assez de ces politiques, qui flattent les valeureux acteurs ruraux dont la liberté est la seule richesse, dans le seul but de servir leur carrière et les méprisent ensuite. Ils me trouveront à leurs côtés (l'un ou l'autre), quel que soit le scénario. »

Merci, merci pour cette leçon d'humanisme altruiste dont bien peu peuvent se targuer d'arriver à la moitié du quart... mais j'aperçois enfin LA star de ce regroupement triomphant, Juan Luque Cojonès, le président de notre noble et respectable fédération des traqueurs de volailles d'élevage baguées...
« Ah c'est beaucoup d'émotions vous savez, une véritable aventure humaine. Car tous ces slogans sur les banderoles, c'est moi qui les ai trouvés. Et ça, intellectuellement, j'en suis fier :

  • « Subvention, je chéris ton nom »
  • « La volaille sauvage oui, le sauvage dans la volaille, non ! »
  • « En déambulator, le chasseur bouge encore »
  • « Ma prothèse a du plomb dans l'aile:bon repos ! »
  • « La nodocéphalite aigüe vaincra » Je sais pas ce que ça veut dire, mais ça sonne bien pour nous...
  • « Non à l'écologie punitive, oui à l'alcoologie curative ! »
  • « Touriste, fais passer tes biftons, et reste à ta maison ! »
  • « A Foie, l’État fera pas la loi ! »
  • « Sobriété, que de crimes on commet en ton nom... »
  • « Citadin :la loi, c'est moi, ton pognon, tu l'envoies ! »
  • « Nos déambulateurs valent mieux que vos prédateurs »
  • « Mieux que le purgatif, l'éleveur pluri-actif »
  • « Le moisi, c'est ma vie, je l'ai choisi ! »
  • « Administration, garde tes agents, et donne nous de l'argent ! »

Hé !,le journaleux, tu trouves pas que ça en jète ?
Et puis vous avez vu un peu tout ce monde : au moins 1 000 personnes avec pas moins d'une centaine d'engins, ce qui veut dire environ 900 femmes, eunuques ou brebis. Même pour le concert de Line Renaud en 1977 il n'y avait pas une telle foule. Et regardez les visages : ils ne sont pas heureux d'être là, nos vieuxcons ? »

Oui tout à fait ! A l'image de monsieur là, assez jeune d'ailleurs... bonjour monsieur, un mot pour Radio-Gastro, la radio qui vous tord les boyaux :
« Ah formidable ! Ma plus belle journée depuis le loto du troisième âge ! »
Oui... mais vous êtes de quel syndicat agricole, vous ?

« Hein ? Mais aucun ! Au départ, je ne savais même pas que c'était un truc agricole. Moi, je suis représentant en sonotones. Mon patron ma envoyé ce SMS « pluie d'étoiles filantes à Foie samedi matin ». Dans notre jargon, ça signifie : gisement de vieux en vue. Pour nous c'est capital d'être à l'affut de ce genre de manifestation. Une manif comme ça, pour nous, c'est comme la fête des mères pour un fleuriste : si tu y es pas, tu perds deux mois de chiffre d'affaire. J'ai fait péter mes objectifs jusqu'en août ! Et je suis pas le seul : j'ai retrouvé un tas de collègues, toujours les mêmes : représentants en déambulateurs, en semelles orthopédiques, en bas de contention, en vins et spiritueux (lui, il cartonne à chaque fois !), en dentiers... En fait c'est pas compliqué : un bon tiers des gens présents ici sont des collègues. En revanche, j'ai pas pipé un broc des raisons qui les ont fait sortir, à tous ces vieux. Mais bon, ça c'est pas mon problème... »

Euh... et bien merci pour votre participation... avant de rendre l'antenne, j'aimerais quand même avoir une réaction d'un représentant agricole emblématique, il doit bien y en avoir quelques uns au milieu des commerciaux...tiens ce monsieur là, il a l'air bien sympathique et représentatif... Monsieur à vous le mot de la fin, une petite synthèse des revendications. Vous êtes mobilisés contre le loup, l'ours et le vautour, c'est cela ?

« Oui on en a marre des vautours venus d'Espagne, des ours slovènes et des loups italiens... Vous vous rendez compte qu'avec ces saloperies qui nous envahissent dans notre montagne, on est obligés de surveiller les troupeaux. Non mais vous vous rendez compte... un éleveur... devoir garder des bêtes... non mais allo quoi ! Il y a qu'un citadin pour croire qu'un éleveur ça surveille des troupeaux... Tout ce qui nous pourrit la vie ça vient de l'étranger de toutes façons ! Et c'est pareil avec les animaux comme avec les hommes et d'ailleurs je voulais dire que tous ces étrangers, on en a plein le... »
Oulala... on est très très en retard on va devoir conclure et rendre l'antenne... de toutes façons autour de moi, il n'y a plus que les commerciaux de chez Hartmann-Confiance...

Merci de nous avoir suivi sur Radio-Gastro, l'andouillette de la bande FM, la radio qui vous plonge dans les entrailles du Vieuxconistan...

Commentaires