25000 signatures contre Ségolène Royal

Communiqué Cap-ours

Suite au refus de Ségolène Royal de lâcher des ours, les associations remettent une pétition de plus de 25 000 signatures

Les associations membres de la coordination “Cap Ours” remettent au Gouvernement français une
pétition signée par plus de 25 000 personnes, lui demandant :

  • Le renforcement immédiat des deux noyaux de population d’ours.
  • Une meilleure protection juridique de l'ours brun en France.
  • Une meilleure protection de son habitat en France.
  • Une politique volontariste de valorisation pour les populations locales de ce patrimoine
  • naturel exceptionnel.
  • Des mesures efficaces qui favorisent la cohabitation, la prévention et la compensation desdommages à l'élevage pyrénéen.

Cette pétition a été lancée par un collectif franco-espagnol d’associations impliquées dans la protection de l’ours dans les Pyrénées :

25000

Associations françaises (membres de CAP Ours) :
Altaïr Nature, Animal Cross, Association Pyrénéenne des Accompagnateurs en Montagne du  département Pyrénées-Orientales (APAM 66), Association Nature Comminges (ANC), Comité  Ecologique Ariégeois (CEA), Conseil International Associatif pour la Protection des Pyrénées (CIAPP), FERUS (Groupe Loup France/ARTUS), Fonds d’Intervention Eco-Pastoral – Groupe Ours Pyrénées (FIEP), France Nature Environnement (FNE), France Nature Environnement Hautes Pyrénées (FNE 65), France Nature Environnement Midi-Pyrénées (FNE Midi-Pyrénées), Mille Traces, Nature Midi-Pyrénées, Nature Midi-Pyrénées comité local Hautes-Pyrénées, Pays de l’Ours-ADET, Association pour le Développement Durable des Pyrénées), Société d’Etude de Protection et d’Aménagement de la Nature dans le Sud Ouest - Pyrénées-Atlantiques (SEPANSO 64), Société Française pour l'Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM), SNPN (Société Nationale de Protection de la Nature), S’Ours, WWF France.


Associations espagnoles : Acció Natura, ADENA -WWF España, Amigos de la Tierra Aragón,  Asociación naturalista de Aragón (ANSAR), (DEPANA) Lliga per a la Defensa del Patrimoni Natural,  Ecologistas en Acción Aragón, Fondo natural, Fondo para la protección de los animales salvajes (FAPAS), Fundación para la Conservación del quebrantahuesos (FCQ), GURELUR (Fondo Navarro para la Protección del Medio Natural.

La biodiversité de ne se divise pas

Madame la Ministre !
 
Alors que vous assistiez à un lâcher de bouquetins le 19 juillet dernier, réintroduits dans le cadre de la restauration de la biodiversité pyrénéenne*, vous avez annoncé votre refus de nouveaux lâchers d’ours. La biodiversité est un ensemble, une dynamique, dans laquelle les prédateurs ont leur place nécessaire. Elle ne peut pas se partager entre les bons et les mauvais animaux ; c’est un tout !
 
En outre, avec votre annonce, vous mettez à mal les décennies d’efforts et de travail de tous ceux qui œuvrent à la cohabitation entre les activités humaines et les ours, en particulier des nombreux éleveurs engagés dans cette cohabitation pastorale partout sur le massif pyrénéen. La cohabitation restera impossible partout où les acteurs, encouragés par les positions irresponsables de nombreux élus et ministres, refuseront de la mettre en œuvre ; elle sera partout réalisable là où les mêmes s’engageront à promouvoir et utiliser les moyens qui la permettent.
 
En somme, vos propos illustrent l’action d’un gouvernement sans perspective, sans objectif environnementaux, ni autres d’ailleurs !
 
* Les bouquetins ont disparu du versant nord des Pyrénées depuis une centaine d’années, ce qui n’est pas le cas de l’ours dont la présence, même faible, est continue.

Commentaires