6 septembre 2014: rassemblement en faveur des bouquetins avec Ségolène Royal

Rassemblement contre l'abattage total des bouquetins du Bargy : samedi 6 septembre à Saint-Gervais (en Haute-Savoie)

Lieu : Mairie de Saint-Gervais-les-Bains, Haute-Savoie (près du Mont Blanc).

Date : samedi 6 septembre 2014 à 15 heures (à l'occasion de la venue de Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie).

bouquetins du Bargy
Bouquetins du Bargy. Photo Matthieu Stelvio

Comme vous le savez, le préfet de la Haute-Savoie a ordonné en octobre dernier l’abattage des bouquetins du massif du Bargy de cinq ans et plus, afin de lutter contre une épizootie de brucellose. A ce jour, plus de 320 bouquetins ont été abattus "à l'aveugle" (parmi eux, beaucoup n’étaient pas atteints de brucellose). S’appuyant sur les rapports scientifiques de l’Agence de Sécurité Sanitaire et du Conseil National de Protection de la Nature, 15 associations ont exprimé leur incompréhension face à cette mesure qui est totalement disproportionnée : d’autres solutions existent. Ainsi, durant le printemps 2014, un test de terrain a été expérimenté sur les bouquetins. Il est aujourd’hui établi que ce test, qui permet de diagnostiquer la brucellose, est fiable à 100%. Ce test rapide doit donc être généralisé ; ce qui permettra de préserver a minima les centaines d'animaux sains.

Malgré cet outil de dépistage, le préfet de la Haute-Savoie, arbitre partial et malhonnête, penche, comme à son habitude, du côté de la psychose (cf. ce texte), et a demandé au ministère de l’Ecologie l’autorisation d’abattre tous les bouquetins du Bargy, soit plus de 350 animaux restants ! Sur le point d'être exécutée, cette requête est irrationnelle. En effet, d’une part, une telle pression de chasse provoquerait la fuite de bouquetins (animaux habituellement sédentaires) vers d’autres massifs, et donc la propagation de la maladie aux Aravis (la brucellose est cantonnée au Bargy depuis 1999). D’autre part, un vaccin existe pour les caprins (mais aucune étude n’a été lancée pour vérifier son innocuité sur les bouquetins, ce qui est plutôt stupéfiant). Pour rappel, en modifiant les dynamiques de population, les abattages à l’aveugle n’ont fait qu’accélérer la diffusion de la brucellose aux classes d’âges jusqu’alors épargnées. Comme l’a expliqué le président du Conservatoire des espaces naturels, il serait temps d’arrêter de jouer aux « apprentis sorciers » !

La protestation est forte puisque la pétition, lancée sur ce blog, est sur le point de recueillir 45 000 signatures (nous espérons atteindre les 50 0000). Pour lancer un signal encore plus fort et marquer notre attachement à ces animaux protégés et interdits de chasse, plusieurs associations (ASPAS, ARTHEN, CAF, FRAPNA, LPO, One Voice) lancent un appel au rassemblement pacifique à l’occasion de la venue de la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal (cf. communiqué ; motif officiel du déplacement : saluer le Refuge du Goûter, une catastrophe écologique de plus ?) Des banderoles seront brandies et des tracts distribués. Si vous pouvez venir, n’hésitez pas à vous joindre à ce mouvement !

N’hésitez pas à consulter le résumé de l’affaire en 8 points clés.

Matthieu Stelvio

Extrait du site de One Voice

La vraie question

Pourquoi vouloir supprimer une espèce protégée sous un prétexte fallacieux ? La réponse est sans doute à chercher du côté du pastoralisme qui met directement en concurrence les brebis avec les bouquetins, comme le souligne l’association ARTHEN. Le territoire de ces derniers est en effet utilisé par les éleveurs pour nourrir leurs troupeaux. Et comble de l’ironie, aucun contrôle sanitaire n’est effectué pour s’assurer qu’ils ne vont pas contaminer la faune sauvage !

De l’exploitation de la nature

En résumé, avant d’envoyer les moutons à l’abattoir dans les conditions qu’on connaît, on les fait paître dans une zone naturelle protégée dont on tente d’éliminer la faune locale qui pourrait entraver l’engraissement des troupeaux. C’est aussi au nom du pastoralisme que les autorités autorisent les abattages de loups. Rappelons la battue organisée cet été en plein cœur du parc des Ecrins, pourtant censé être protégé lui aussi ! A cette occasion, c’est toute la faune qui a été dérangée pour que quelques tireurs de loups puissent apaiser leurs craintes infondées de troupeaux dévorés. Notre patrimoine naturel est gravement mis en danger par une activité non seulement déficitaire mais subventionnée ! Autant dire que les citoyens français financent eux-mêmes la destruction de leur environnement… (source)

Lire aussi

Pétition

N’OUBLIEZ PAS DE SIGNER LA PETITION : sauvonslesbouquetins.com

Lieu : Mairie de Saint-Gervais-les-Bains, Haute-Savoie (près du Mont Blanc).

Date : samedi 6 septembre 2014 à 15 heures (à l'occasion de la venue de Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie).

Le communiqué des associations : http://www.frapna.org/images/docs/bouquetins/appel-a-mobilisation_29-08-2014_halte-au-massacre-des-bouquetins-du-bargy.pdf / 
PS 1 : Le rassemblement précédent avait réuni 140 personnes. / 
PS 2 : Afin d’éviter d’être sollicité par les forces de l’ordre (comme en 2013 pour le Col de Sarenne), je fais le choix de ne participer à l’organisation d’aucun rassemblement ; ce qui me permet de ne pas être sous pression, et de préserver « l’indépendance de ma parole » (qui n’est, par ailleurs, rattachée à aucune association).

Commentaires