Jocelyne Porcher : Livre blanc pour une mort digne des animaux

« Avec les mots, avec mes mots, je lui dis : bon, c'est ton tour, voilà ». Ces mots, ce sont ceux d'un éleveur à sa vache avant son départ pour l'abattoir. Ce petit « voilà » recèle toute la complexité de cette décision et de ses conséquences. 

Chargement betail abattoirVoilà. Une préposition apparemment anodine qui est une façon pour l'éleveur de crier son indignation. Car, avec l'industrialisation de l'élevage, l'abattage des animaux est devenu une opération invisible. Invisible pour le quidam mais également en grande partie invisible pour les éleveurs. Or, parce que ce qu'ils entrevoient de l'abattoir les heurte profondément, de nombreux éleveurs revendiquent un droit de regard et un droit d'agir, notamment les éleveurs qui défendent une haute idée de leur métier, de leurs relations aux animaux et de leurs responsabilités sociales.

Contrairement au discours dominant qui condamne l'élevage, promeut une alimentation biotech et un détachement envers les animaux, ces éleveurs veulent pouvoir assumer la mort de leurs bêtes. C'est l'objectif de ce livre blanc. Témoigner, proposer, impliquer. Parce que la présence des vaches, des cochons et des moutons nous importe et que de leur vie et de leur mort, nous sommes tous redevables.

Les critiques radicales faites à l’élevage au nom de l’environnement, du bien-être animal et de la santé des consommateurs font que les éleveurs peinent à faire comprendre le sens de leur travail avec les animaux et à défendre la légitimité de leur métier.

Livre blanc mort digne animauxL’ouvrage fait suite à des enquêtes auprès d’éleveurs sur les problèmes posés par l’abattage obligé de leurs animaux dans les abattoirs. Il reprend l’état des lieux fait par les éleveurs et décrit, de leurs points de vue, les impasses où conduit l’industrialisation de l’abattage des animaux. L’enjeu principal de cette publication est de permettre aux lecteurs de comprendre que ces éleveurs, tout comme de nombreux consommateurs et citoyens, défendent un rapport de travail respectueux aux animaux, souffrent de la façon dont ils sont traités dans un grand nombre d’abattoirs et proposent des alternatives pour faire leur métier et vivre avec les animaux comme ils revendiquent de le faire : dignement et respectueusement pour les animaux, les consommateurs et l’environnement.

Pour les éleveurs, l’organisation industrielle des abattoirs a entrainé de graves dysfonctionnements par rapport au bien-être animal : étourdissement inefficace, cadences d’abattage trop rapides, non prise en compte de la perception des animaux quant à l’abattage de leurs congénères, délai d’attente excessif parfois sans paille ou abreuvement. Les conditions de transports et l’éloignement des abattoirs sont également remis en cause par les éleveurs. Face à ces contraintes qui portent atteinte aux valeurs morales des éleveurs, il existe pourtant des alternatives. L’abattage à la ferme, par exemple, permettrait d’éviter du stress chez les animaux et de les tuer dans des meilleures conditions de proximité, de temps et d’attention. Pourtant, faire venir un tueur professionnel, s’assurer de la collaboration d’un boucher et vendre soit même la viande produite est interdit et lourdement sanctionné. D’autres solutions existent, tels que l’abattage à la ferme dans une unité mobile d’abattage (camion-abattoirs) ou encore le maintien d’abattoirs locaux, mais ces alternatives se heurtent encore aujourd’hui à l’administration et à de nombreuses réglementations supposées incontournables.

L'ouvrage

Édité dans la catégorie Beaux livres des Editions du Palais, l’ouvrage a été co-financé par le projet de recherche ANR COW (Compagnons animaux, conceptualiser les rapports des animaux au travail, 2012-2015), et par la Confédération Paysanne.

Porcher Jocelyne, Lécrivain E., Mouret S., Savalois N., 2014. Livre blanc pour une mort digne des animaux. Les Éditions du Palais, 104p.

En route vers l'abattoir

Commentaires