Borné-haut, l’inquiétude monte face à l’orang-outan

Les Immatures Palmiculteurs se mobilisent suite aux récentes invasions de plantations de palmiers à huile par les orangs-outans

Par Bernard Pesle-Couserend

Iphb-nutellaLes Immatures Palmiculteurs de Borné-haut expriment leur forte inquiétude : l'année 2015 commence très mal pour les palmiculteurs. Du Borné-haut du sud, avec des invasions récurrentes de plantations de palmiers à huile, au Borné-haut de l’ouest, avec une récente invasion de plantation, en passant par le Borné-haut du nord, où les palmiculteurs sont désormais contraints de protéger leurs palmiers pour limiter l'impact glouton de l’orang-outan, les invasions de plantations avec prédations de fruits se multiplient sur tous les secteurs de l’île. Cette situation est insoutenable pour les palmiculteurs.

Pour le président des Immatures Palmiculteurs Hautement Bornés (IPHB) : "le pongidé pose plusieurs problèmes, notamment en matière d'aménagement du territoire. La déforestation en général, et particulièrement celle dédiée au palmier à huile, est sur bon nombre de secteurs de Borné-haut la seule activité économique.

Elle permet d'entretenir les paysages ouverts qu’aiment les habitants hautement bornés et de faire vivre des hommes et des femmes au cœur de territoires souvent difficiles. Bien sûr la culture d'huile de palme a contribué à déboiser. Mais dix fois moins que le soja et le tournesol. Il reste 1 % de forêt vierge dans les pays développés et nous, nous avons conservé la moitié de notre territoire en forêt primaire. Ici, nos forêts captent le CO2 que les pays développés émettent. Déboiser n'est pas un crime, c'est un processus de croissance. Et ce ne sont pas les Français, qui claquent un pognon fou en perfusant de subvention leur élevage de mouton, pour éviter un prétendu ensauvagement qui n’est qu’une reforestation spontanée, qui vont nous donner la moindre leçon !

Nous, au moins, on exerce une activité véritablement économique…".

Entretien des territoires

Pongidae
Sur les bannières, on pouvait lire : Un bon pongidae est un pongidae mort ou encore Mangez un Orang-Outang entre deux tranches de pain de mie !

Le peuple de la déforestation et les IPHB se sont beaucoup mobilisés pour que l'installation en palmiculture retrouve une nouvelle dynamique, et l’orang-outan met en péril tous ces efforts. Ce pongidé est une véritable catastrophe écologique. En effet, la déforestation permet d'entretenir des territoires comme les forêts secondaires dégradées, les confettis de forêts, les souvenirs de forêts, et plus généralement toute l’île de Borné-haut.

Les paysages restent ouverts, béants même, et l'embroussaillement et les risques de feu qui en découlent sont limités. Les chouettes qui vivent dans les plantations, et grâce aux plantations, y dévorent chaque année des millions de rats. Et les buffles, qui aident à transporter les fruits du palmier, ne subsistent que grâce au divin arbre.

Non la déforestation est très positive en terme environnemental et pour la biodiversité : si elle disparaît, que deviendra Borné-haut?

"L'huile de palme est très importante dans l'économie hautement bornée. Grâce à elle, des milliers de familles ont du travail, dont nombre de petits propriétaires", ajoute le président des IPHB.

Sigoulénathir bin Royaldawi, ministre de l'Écologie hautement bornée, a récemment mis en consultation un nouveau projet d'arrêté ministériel, qui favoriserait davantage la défense des palmiers à huile, notamment au cœur des parcs nationaux.

Les Immatures Palmiculteurs Hautement Bornés espèrent que ce ne sera pas un coup d'épée dans l'eau, et que cet arrêté aura réellement un effet positif sur la diminution du nombre d'invasions prédatrices de plantations, et permettra de réguler une population d’orangs-outans en constante mais insuffisante régression. "Nous espérons que ce projet d'arrêté prendra en compte l'ensemble des palmiculteurs de Borné-haut, et notamment ceux qui exploitent au cœur des parcs nationaux, et qui jusqu'alors n'avaient pas droit aux tirs de défense, du fait de la réglementation des parcs nationaux, rendant ainsi le braconnage du pongidé légitime", complète le président des Immatures Palmiculteurs Hautement Bornés.

Les IPHB restent mobilisés pour la défense de la déforestation et de la palmiculture traditionnelle locale dans l'intérêt de tous ceux qui aiment, habitent et pensent hautement borné.

Commentaires